« On nous en parle depuis la primaire… » dit ce jeune spectateur de Dieudonné. « La Shoah, on en a mangé jusqu’en terminale[1.  Soren Seelow, Le Monde, 8 janvier 2014.]! » renchérit un autre. Et ils sont nombreux à affirmer sans vergogne qu’ils en ont assez de la Shoah et que « Shoah-nanas », c’est drôle et ça fait du bien… Alors on peut hurler au sacrilège, proclamer que ces jeunes (ou moins jeunes) sont stupides, s’indigner parce que, pour eux, tout se vaut – ce qui signifie que rien ne vaut rien.

Mais justement, qu’y a-t-il de plus subversif que s’attaquer à ce que l’on perçoit comme le nec plus ultra du sacré pour les autorités morales et politiques ?

*Photo: Blake Ezra Photography//REX/SIPA. REX40317363_000016

Lire la suite