C’est un scandale trop beau pour être honnête. On le sait, les accusations qui font la « une » un jour se révèlent souvent infondées quelques années plus tard. Les médias n’en ont cure : il faut que ça saigne, quitte à oublier le lendemain ce qu’on a écrit la veille.

La prétendue « affaire d’Etat » EADS et les soupçons qui pèsent sur ses principaux actionnaires d’avoir commis un délit d’initiés de grande ampleur finiront peut-être en eau de boudin. Et peut-être pas. Que la note compromettante de l’AMF – opportunément tombée dans l’escarcelle de la maison Dassault- soit ou non confirmée, l’essentiel est ailleurs. Le véritable scandale est qu’Arnaud Lagardère n’a pas les capacités requises pour piloter ou co-piloter le premier groupe de Défense européen, fleuron de l’industrie et de la défense de la France. Et c’est peut-être à ce deuxième scandale qu’entendent remédier celui ou ceux qui ont allumé la mèche du premier. Si cette hypothèse est juste, il faut en conclure que les journalistes, croyant traquer la corruption, sont en train de faire le sale boulot pour des manipulateurs plus malins qu’eux.

Au royaume du capitalisme, le principe dynastique a beau être légal, il n’est pas forcément légitime. Les héritiers appelés à présider aux destinées de l’entreprise familiale et, avec elles, à celles de milliers de salariés, ne sont pas toujours à la hauteur. Après tout, même les rois de France n’étaient pas toujours satisfaits de leur progéniture. Seulement, l’incompétence d’un patron, regrettable quand il s’agit de diriger une usine de chaussures ou des magazines féminins, peut se révéler catastrophique dans le cas d’un pilier de la Défense nationale. La direction d’EADS ne peut se jouer à la roulette de l’hérédité.

Jean-Luc Lagardère était un capitaine d’industrie comme il en existe peu, un visionnaire capable d’anticiper les conséquences économiques et technologiques de l’évolution géostratégique du monde, mais aussi un diplomate que les gouvernants traitaient d’égal à égal – en homme d’Etat qu’il était. Diriger EADS suppose de pouvoir prendre le petit-déjeuner avec le chancelier allemand, déjeuner avec le président russe, parler à l’heure du thé avec l’Elysée et dîner avec le roi d’Arabie saoudite. Sans compter qu’il faut être capable de faire coexister plusieurs langues et cultures d’entreprise, de mener un lobbying efficace auprès de plusieurs parlements, gouvernements et armées.

Dans les années 1990, lorsque Paris et Berlin ont décidé de créer un « Boeing » européen, lui qui par une habile politique de rachats avait réussi à faire de Matra l’un des premiers groupes européens d’aéronautique civil et militaire était bien l’homme de la situation pour diriger, main dans la main avec l’Etat la nouvelle entité. Lagardère avait en effet joué un rôle décisif dans l’intégration de l’industrie d’armement française, puis européenne puisque EADS est née de l’alliance entre Matra-Aérospatiale, l’Allemand Daimler-Chrysler et l’Espagnol CASA.

Sa mort soudaine, en 2003, alors qu’il n’avait guère eu le temps de préparer son fils à assumer la suite, a pris au dépourvu les actionnaires d’EADS, à commencer par les Etats français et allemand. Le moins que l’on puisse dire, c’est que ni Paris, ni Berlin ne se sont pas montrés très efficace dans la gestion de ce dossier sensible. Est-ce leur impéritie et notamment, leur incapacité à montrer gentiment le chemin de la sortie au jeune Lagardère, alors actionnaire à hauteur de 15 %, qu’ils lui font payer aujourd’hui ?
En mars 2006, Arnaud Lagardère avait vendu 7,5 % du capital d’EADS : on imagine bien qu’une telle opération n’aurait pu avoir lieu sans l’accord sur les acheteurs des gouvernements français et allemand et probablement pas sans leur implication active. Quelques mois plus tard, en juin, l’annonce de retards considérables dans le programme A 380 faisait chuter le cours de l’action. Autrement dit, Arnaud Lagardère a vendu au bon moment. « J’ai le choix de passer pour quelqu’un de malhonnête ou d’incompétent, qui ne sait pas ce qui se passe dans ses usines. J’assume cette deuxième version », déclarait-il au Monde le 16 juin. S’il disait vrai, et il y a quelques raisons de le croire, certains semblent aujourd’hui penser qu’il n’a pas tiré de cette découverte les conclusions qui s’imposaient.

En clair, pour la nouvelle direction d’EADS, qui, répétons-le, ne prend aucune décision stratégique sans l’aval de l’Etat, Arnaud Lagardère fait partie d’un passif qu’il s’agit aujourd’hui de solder. Pour la France et pour l’Europe, il est urgent de le remplacer comme actionnaire et plus urgent encore de le décharger de ses responsabilités opérationnelles au sein du groupe. Aurait-on voulu l’encourager à se consacrer à ses activités éditoriales et sportives qu’on ne s’y serait pas pris autrement qu’en faisant opportunément fuiter la fameuse note (ce qui a au passage l’avantage de ternir la réputation de toute l’ancienne équipe). Si la légitimité d’un grand patron repose sur ces deux piliers que sont la compétence et l’honnêteté, Arnaud Lagardère, privé du premier depuis juin 2006, avait tendance à claudiquer. Depuis quelques jours, on peut supposer que quelqu’un essaie de scier le deuxième. Peut-être saura-t-on, dans les semaines qui viennent, à qui profite le crime.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Partager
Gil Mihaely
est historien et directeur de la publication de Causeur.Né en Israël en 1965, Gil Mihaely a fait des études d’histoire et de Philosophie à l’Université de Tel-Aviv. Docteur de l’EHESS où il a soutenu en 2004 une thèse d’histoire, il vit en France depuis 1999. En 2007 il a créé, avec Élisabeth Lévy ...