Asseyez-vous en demi-cercle, les enfants. Ce mois-ci, pour les vacances, l’oncle Basile va vous raconter la merveilleuse histoire de George Abitbol, « l’homme le plus classe du monde ».


50 films en un seul

L’événement culturel du moi, c’est la sortie du livre que j’attendais depuis vingt-sept ans : une édition critique de La Classe américaine, le premier flim de Michel Hazanavicius, dans la collection « Les Grands Classiques ». Un pastiche littéraire en forme d’hommage à la parodie cinématographique la plus classe du monde : que demande le peuple ?

À l’origine de ce chef-d’œuvre d’absurde, un heureux imbroglio. En 1993, pour fêter son 70e anniversaire, la Warner avait ouvert son catalogue à Canal, dans l’espoir sans doute d’un documentaire promotionnel. Allez savoir par quelle ruse de la raison, le dossier s’est finalement retrouvé dans le bureau d’Hazanavicius et de feu son compère Dominique Mézerette, alors spécialistes ès-détournement en tous genres.

Les voilà donc à la tête de 50 films américains, de La Tour infernale à Rio Bravo en passant par Autant en emporte le vent, et même Supercopter. Que croyez-vous qu’ils en firent ? Un « grand détournement », évidemment, mixant le tout dans un seul long-métrage, selon un scénario inventé au fil des visionnages, et sur des dialogues originaux de « ouf malade », comme on dit là-bas.

Au vu du résultat, sans surprise, la Warner a rugi comme le lion de la MGM, et interdit toute forme de commercialisation de cette palinodie insultante. Mais grâce à ça le film va devenir introuvable, donc culte – et l’est resté même depuis qu’il est en accès gratuit sur YouTube. Des millions de vues, et plein de groupes de fans pour qui les répliques sont autant de mantras.

Dès le début, un avertissement donne le ton :

ATTENTION
CE FLIM N’EST PAS
UN FLIM SUR LE CYCLIMSE.
MERCI DE VOTRE COMPRÉHENSION.

L’action, apprend-on carte à l’appui, se déroule « entre l’Australia et la South America, dans l’Océan South Pacific, sur l’atoll de PomPom Galli ». Un petit paradis préservé où l’on côtoie, entre autres stars, Clark Gable et Lauren Bacall, James Stewart et Henry Fonda, Robert Mitchum et même Julien Lepers.

Mais le héros, c’est George Abitbol (John Wayne, excellent comme toujours). Hélas ! Dès les premières minutes George, qui vient juste d’être élu « l’homme le plus classe du monde », meurt en disant : « Monde de merde ! »

Aussitôt un quotidien de référence (le même que dans Les Hommes du président) met sur l’affaire ses deux pires limiers, Pétère et Stévène (Hoffman et Redford). Le patron du journal est décidé à percer le mystère de ce testament :

« Monde de merde » ? C’est sûrement un nom. Si c’est une femme, je veux savoir quelle femme ; si c’est un cheval, je veux savoir dans quelle course ! »

Hazanavicius, entre Hegel et Marx

Au cours de leurs investigations, nos deux glands reporters vont renc

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Été 2020 – Causeur #81

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite