Didier Daeninckx publie Municipales : banlieue naufragée. Mais maintenant qu’il écrit sur l’islamisme et plus sur les « rouges-bruns », il ne moucharde plus comme il en avait l’habitude…


Longtemps d’obédience stalinienne, l’auteur de polars Didier Daeninckx a abondamment mouchardé ceux de son camp suspects de ne pas penser assez bien à son goût. Ses croisades antiracistes au parfum de purges lui ont même valu le sobriquet de « Didier Dénonce » (Fayard), que Patrick Besson a immortalisé dans un roman.

L’écrivain chasseur de « rouges-bruns » a-t-il retourné sa veste ? Dans Municipales : banlieue naufragée, il raconte pourquoi il vient de quitter sa banlieue rouge après soixante-dix ans d’ancienneté. Le voilà qui dénonce désormais acteurs et collaborateurs d’un pouvoir qui aiguille le naufrage d’une Seine-Saint-Denis rongée par l’islamisme. Mais, cette fois, il ne nomme personne. Crainte des représailles ? Sans doute.

Pas d’envolées lyriques dans ce réquisitoire, mais des faits accablants : 28 000 électeurs inscrits dans une commune de 90 000 habitants, 70 % d’absten

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Été 2020 – Causeur #81

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite