L’actualité étant particulièrement sinistre, j’ai glissé çà et là dans cette chronique, pour détendre l’atmosphère, quelques digressions personnelles, concernant notamment l’« artiste urbain » Banksy, talentueux fumiste, et mes maux d’estomac. (Ça va mieux, merci.)


MES OVERDOSES

Mardi 6 octobre

La semaine dernière, je me suis réveillé tous les jours barbouillé, quasi nauséeux. Certes, un bon citrate de bétaïne suffisait ordinairement à dissiper le malaise. N’empêche ! À la longue, j’ai fini par m’interroger sur l’étiologie de ce problème d’ennui – avant d’aller consulter.

Au terme d’un rapide examen de conscience alimentaire, il s’est avéré que je n’avais abusé de rien plus que de coutume, sauf du thé. J’en étais à trois litres par jour, et apparemment mon organisme protestait contre cette overdose inattendue. Depuis, je m’en tiens à deux litres par jour, l’un de thé vert, l’autre de thym, et je n’ai que des compliments dudit organisme.

Ma première overdose date des années 1990, et là c’était du sérieux. Va savoir comment, j’étais devenu accro à la Vichy Saint-Yorre, et je ne comptais plus les bouteilles. Après deux ans de ce régime, j’ai commencé à souffrir d’inexplicables douleurs et autres troubles gastriques.

Mon médecin m’a fait subir une pelletée d’examens avant de m’annoncer que je n’avais rien… C’est alors qu’en un éclair m’est revenu le nom du coupable, avec le sourire traître de Patrick Sabatier : « Saint-Yorre, ça va pas fort ».

J’avais trouvé tout seul, d’un seul coup, le diagnostic et le remède ! D’un autre côté, j’aurais pu y penser avant. Après je suis passé à la Châteldon, et du coup j’ai été augmenté.

#NIGHTLIFEMATTERS

Mercredi 14 octobre

Dorénavant, par décision présidentielle, les soirées privées devront durer au moins de 21 h à 6 h. Courage !

LES MALHEURS DE BANKSY

Jeudi 15 octobre

Banksy se dit « artivist », c’est-à-dire « street artist » engagé (par Sotheby’s), et l’un des cinq plus vendus au monde.

Ce qui est beau, dans son cas, c’est que ça ne l’empêche pas de rester au service du peuple. Ainsi, l’été dernier, avait-il dessiné gratuitement dans les rames du métro londonien des rats éternuant, bavant et vomissant – « pour inciter au port du masque », nous expliquaient Les Inrocks.

Tout le monde n’a-t-il pas saisi d’emblée le message ? Le fait est que le jour même, les équipes de nettoyage du Tube ont effacé consciencieusement jusqu’à la queue du dernier rat banksyen : « Elles n’ont pas fait la différence avec un simple graffiti », déplorent Les Inrocks. Et pour cause : ce sont des graffitis.

Vous imaginez un des nettoyeurs se figeant soudain : « Attendez les gars ! Ne touchez à rien ! Je crois bien que c’est des Banksy !! »

L’affaire se p

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Novembre 2020 – Causeur #84

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite