Home Médias [Nos années Causeur] Penser contre soi-même


[Nos années Causeur] Penser contre soi-même

Sans nous vanter, on lui a tout appris!

[Nos années Causeur] Penser contre soi-même
Eugénie Bastié © Hannah Assouline

À l’occasion de notre numéro 100, Eugénie Bastié se souvient de son stage à Causeur


En farfouillant dans mes courriels, j’ai fini par retrouver ma demande stage adressée à Gil Mihaely le 5 avril 2013 alors que j’étais encore une jeune étudiante de Sciences Po de 21 ans :« Cher monsieur Mihaely, J’ai lu avec attention le nouveau numéro de Causeur, bravo , c’est vraiment très réussi. J’ai particulièrement apprécié l’éditorial d’Élisabeth Lévy qui parlait de “journalisme d’idées”. C’est cette démarche en effet qui m’intéresse dans votre magazine qui est un des rares médias qui donne une place unique au débat d’idées, avec humour et profondeur. (…) J’ignore si vous avez besoin de têtes jeunes et dévouées, mais sachez que je serai très enthousiaste de pouvoir découvrir les arcanes du “journalisme d’idées” aux côtés de l’équipe de Causeur. »

A lire aussi : Eugénie Bastié : “Observer la vie intellectuelle m’a rendue moins péremptoire”

En relisant ce message j’ai eu trois réactions. L’effroi, d’abord, de songer que presque une décennie déjà m’éloignait de ces premiers pas en journalisme, que j’avais déjà grillé ma vingtaine et que le temps était donc proche où je serai la Michèle Cotta du xxie siècle. La satisfaction, ensuite, de comprendre que la voie où je m’étais engagée à ce printemps 2013, celle du journalisme d’idées, était la bonne puisqu’elle est celle qui m’épanouit encore aujourd’hui. La reconnaissance, enfin, pour Gil et Élisabeth, qui ont su faire confiance à la jeune Rubemprette en minishort et mocassins pleine d’ambitions et de certitudes que j’étais.

À l’époque (et je me rends compte en grinçant que j’atteins l’âge où l’on peut utiliser cette locution de boomer), il faut se rendre compte quel bol d’air apportait Causeur à des gens de ma génération qui avions connu le politiquement correct à la mamelle. Fraîchement débarquée de ma province où l’on était de droite par habitude familiale à Sciences Po où la moitié de ma classe votait Mélenchon et Poutou (ils étaient déjà là), je rasais les murs en m’admettant après trois verres de rhum-coca « gaulliste sociale », ce qui pouvait à la limite être toléré en état d’ébriété.

A lire aussi: Michel Onfray: «Macron n’aime pas qu’on ne l’aime pas»

Il était presque impossible, après le quinquennat qui avait failli nous replonger dans la France de Vichy, d’admettre un vote Sarkozy. C’est à ce moment que j’ai découvert Causeur (je ne sais plus exactement comment, par Facebook peut-être), et les noms d’Élisabeth Lévy, Alain Finkielkraut et Philippe Muray. Je me souviens avoir acheté l’intégralité de son œuvre après lecture d’un numéro qui lui était dédié. Cette floraison d’intelligence, de largesse d’esprit, d’humour et de distance, au milieu de la morosité moraliste qui m’entourait, a été comme une révélation. Dix ans ont passé, et aujourd’hui le paysage médiatique n’est plus le même. Causeur n’est plus seul à ferrailler contre les bien-pensants. Il fut le premier, et continue à se battre avec un panache, une audace particulière et subtile contre les vertus fausses et les puritanismes tondus de tout bord. Quant à moi, j’emporte comme un viatique dans ma carrière la leçon apprise rue du Faubourg-Poissonnière, celle de toujours penser contre son temps, mais encore plus contre soi-même.

La Guerre des idées

Price: 9,50 €

9 used & new available from 5,51 €

Avril 2022 - Causeur #100

Article extrait du Magazine Causeur


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Chasse à la femme
Next article À la déloyale
Journaliste au Figaro, elle participe au lancement de la revue Limite et intervient régulièrement comme chroniqueuse éditorialiste sur CNews.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération