La loi Taubira a ouvert le mariage et l’adoption aux couples homosexuels. Jointe aux progrès de la PMA et de la GPA à l’étranger, cette révolution anthropologique a permis aux familles homoparentales de redéfinir les notions de père et de mère. Maintenant que les structures élémentaires de la parenté sont chamboulées, le statut de l’antique pater familias n’a plus rien d’évident. 


Quelques esprits chagrins l’avaient vu venir. Derrière la révolution du sentiment que consacrait le mariage pour tous, s’en profilait une autre, autrement plus corrosive pour les vieilles structures symboliques, qui établirait la fluidité des sexes comme nouvelle norme de la procréation, donc de la filiation. Soucieux de demeurer des « animaux généalogiques », selon l’expression de Pierre Legendre, et insensibles (peut-être trop) à la puissance du désir individuel qui voyait de nombreux homosexuels réclamer le droit de fonder une famille comme tout le monde, ces réfractaires au monde nouveau pronostiquaient la destitution du père et de la mère au profit de « parent 1 » et « parent 2 », plus conformes à la fluidité identitaire qui est, paraît-il, l’horizon de l’espèce. Fantasme homophobe ! s’indignait-on sur France Inter.

La maire qui voulait tuer le père

Ce fantasme a bien failli devenir réalité. Dans sa sagesse, l’Assemblée nationale a renoncé à commettre cet attentat contre le sens commun, mais la municipalité parisienne, elle, l’a mis à exécution. Le 23 mars, elle a adopté à l’unanimité des conseillers présents la proposition de la mélenchoniste Danielle Simonet de supprimer les catégories « père » et « mère » dans les actes d’état-civil. Ce rappel du caractère indispensable de la différence sexuelle dans la procréation, alors même que la technologie permet, sinon de s’en passer, de l’escamoter, était paraît-il une insupportable discrimination pour les couples homoparentaux – qui représentent, selon l’Insee, 3 % des familles. Les petits Parisiens auront donc le privilège de pouvoir faire signer leurs carnets de notes à leur parent 1. Du reste, avec les mêmes intentions gentillettes, certaines écoles de la capitale ont aboli la Fête des mères et celle des pères au profit de la « fête des gens qu’on aime ».

A lire aussi: Misères d’un papa-poussette au temps de #metoo et de « l’égalité femmes-hommes »

Dans le « progrès pour les enfants » que la maire de Paris semble décliner avec un zèle presque touchant, ce n’est pas tant avec la différence d

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Avril 2019 – Causeur #67

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite