Home Édition Abonné Misères d’un papa-poussette au temps de #metoo et de “l’égalité femmes-hommes”


Misères d’un papa-poussette au temps de #metoo et de “l’égalité femmes-hommes”

Les aventures d'un homme d'avant devenu un nouveau père

Misères d’un papa-poussette au temps de #metoo et de “l’égalité femmes-hommes”
Affiche du film "Ce qui vous attend si vous attendez un enfant", réalisé par Kirk Jones, 2012. ©DR

Dans le 11e arrondissement de Paris, un mâle blanc fait de drôles de rencontres en emmenant son fils à la maternelle. Entre les mères asexuées, les islamistes affligés et les papas “dégenrés”, les aventures d’un homme d’avant devenu un nouveau père.


Pour de sombres histoires d’égalité hommes-femmes, je conduis parfois mon fils et la poussette à la crèche. On roule dans les flaques d’eau, on effarouche les pigeons et sur 500 mètres, je réponds à mille questions sur la ville, sur le petit bonhomme vert du feu rouge ou sur le son et lumière du camion poubelle. C’est un petit trajet qui me rend plutôt gai jusqu’au moment où nous croisons du monde, ce qui finit toujours par arriver aux heures de pointe dans le 11e arrondissement de Paris.

Comment j’ai pu en arriver là…

Difficile, dans mon quartier à la pointe du progressisme, de ne pas tomber sur une femme attendrie par notre spectacle de rue sur la paternité maternante et sur l’agonie du patriarcat. Inoffensif derrière ma poussette comme un cabot en muselière, je suis souvent la proie de regards pleins d’empathie et de sourires bienveillants. Il arrive même que l’on m’adresse la parole pour un brin de causette sans plus de manières, sans ambiguïté et sans crainte. Je suis poli et je réponds aux dames, mais je ressors plutôt vexé de ces échanges d’égal à égal puériculturellement parlant. Moi, modeste bourreau des cœurs et vétéran de la guerre des sexes, moi que l’on a sorti de tant d’histoires insulté, maudit et menacé, et parfois dénoncé, jeté à la rue à toute heure, et en slip par tous les temps, moi que l’on a giflé, griffé, mordu et battu, moi que l’on ne pousse que dans les bras de sa pire ennemie, voilà que l’on m’approche sans précautions et sans le moindre égard pour le caractère dangereusement lubrique et dominant de mon genre. Je me demande comment j’ai pu en arriver là quand je quitte la milf[tooltips content=”Mother I’d like to fuck”]1[/tooltips] sans méfiance en repensant à des vidéos de sexe forcé.

SOS virilité 

Il m’arrive aussi, dans mon territoire gagné par la diversité, de tomber sur des Français venus de pays où les poussettes pour homme ne courent pas les rues et où la domination masculine est plus qu’un concept. Ma paranoïa ne manque jamais de me faire remarquer derrière les capuches et les djellabas qui glandent, ou les passe-montagnes qui bossent, des regards moqueurs et des sourires narquois. Il ne se passe jamais rien, mais je me fais toujours un film. Je déroule en passant un scénario dans lequel les « racailles » et les « islamistes » me traitent de « pédé ». Comme dans mon histoire je n’ai pas plus de conversation que l’inspecteur Harry et que pour faire taire la rumeur, un bon bourre-pif vaut mieux qu’un long discours, un stigmatisé finit KO sur le trottoir. Je reprends ensuite mes esprits, la poussette et le chemin de la crèche en ajustant le bonnet sur les oreilles du petit.

Je la ramène moins quand je passe au milieu d’une patrouille de l’opération sentinelle. Je regarde avec envie ces fusils d’assaut qu’ils caressent comme l’espoir de dégommer des islamistes et je pense au Sahel, à son climat et à ses putes torrides, mais à l’instant précis où je les croise, j’ai l’air, entre quatre guerriers, d’une nounou.

Les fils de l’homme

Mais ma plus grande crainte reste de croiser un type avec une poussette et un gosse dedans. Je relève alors la tête en signe de dédain et je regarde ailleurs. Sans cette précaution, je pourrais subir l’humiliation de regards complices et de sourires gênants. Je presse le pas pour échapper à toute tentative de dialogue. Certains en sont friands : « Sympa cette forme de biberon ! C’est quelle marque ? Vous l’avez trouvé où ? » Je préfère ne pas, comme disait l’autre. Dans la rue, quand j’aperçois un mec avec une poche kangourou, je change de trottoir. Dans le bus, je me tiens le plus éloigné possible des trentenaires à landau, barbus et débraillés, avec leurs têtes de congé paternité. Je ne veux pas être vu en compagnie de ces fiottes castrées, de corvée de chiard parce que madame porte la culotte depuis plus tôt qu’eux le matin pour aller au boulot. Je n’ai rien à faire avec ces papas « dégenrés », désexués et décomplexés qui se pavanent, qui caquettent et qui promènent, nourrissent et torchent Côme ou Timothée. Moi, ça n’a rien à voir. Je veux bien être gentil mais je ne suis pas un ange.

Arrivé à la crèche, je confie le petit à des créatures taillées pour le job et je ressors libre de reprendre ma route et ma vie d’homme quand le téléphone sonne. C’est sa mère qui vient au rapport : « Ça s’est bien passé avec le petit ? – RAS. Comme d’habitude ! »

Mars 2018 – #55

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Faites-vous mal: lisez le Nouveau Magazine littéraire!
Next article “Annihilation”, le film qui ne met personne d’accord
Cyril Bennasar, anarcho-réactionnaire, est menuisier. Il est également écrivain. Son dernier livre est sorti en février 2021 : "L'arnaque antiraciste expliquée à ma soeur, réponse à Rokhaya Diallo" aux Éditions Mordicus.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération