Home Politique Dans la loi bioéthique, il n’y a pas que la PMA pour toutes!


Dans la loi bioéthique, il n’y a pas que la PMA pour toutes!

La loi bioéthique a été définitivement adoptée à l'Assemblée, mardi

Dans la loi bioéthique, il n’y a pas que la PMA pour toutes!
Les ministres Eric Dupond-Moretti, Olivier Véran et le secrétaire d'Etat Adrien Taquet, à l'Assemblée nationale, loi bioéthique, juin 2021 © Jacques Witt/SIPA Numéro de reportage : 01022963_000032

Une tribune libre d’Agnès Thill. La députée de l’Oise regrette le vote définitif de la loi bioéthique, cette semaine en dernière lecture à l’Assemblée nationale. Elle revient sur le basculement anthropologique majeur que constitue la PMA sans père et rappelle les autres dispositions préoccupantes qui sont prévues et qui sont largement méconnues des citoyens français.


Le projet de loi bioéthique a donc été voté mardi soir par l’Assemblée Nationale en dernière lecture. J’ai bien évidemment voté « contre ».

Gare au ciseau moléculaire!

Désormais on va fabriquer, à notre convenance et selon notre désir, un être humain. Qu’un malade vienne au pouvoir un jour et le pire sera à nouveau possible grâce à cette majorité parlementaire. Les médias et les députés qui ont voté « pour » se congratulent à grand renfort de communications sur les réseaux sociaux. Ils n’y parlent que de la PMA pour toutes. Or ce projet de loi adopté c’est beaucoup d’autres choses aux conséquences graves et méconnues des Français : autoconservation des ovocytes sans motif médical, bébés médicaments, chimères homme-animal, embryons transgéniques, création de copies d’être humains ou de gamètes artificiels… Ces techniques touchent à ce qui constitue le cœur de notre condition humaine. Elles menacent l’intégrité et la protection de notre identité génétique : via la technique du ciseau moléculaire, on fabriquera désormais des embryons transgéniques, par suppression et remplacement de morceaux d’ADN créant des modifications génétiques transmissibles à la descendance – sans que personne ne maîtrise les mutations ultérieures… Elles sont une violation de la frontière entre les espèces, permettant, avec la création de chimères, l’implantation de cellules humaines dans des embryons animaux, pour fabriquer, demain, des cochons, des souris ou des singes dotés d’organes humains.

A lire aussi, entretien: Emmanuelle Ménard: « La PMA crée une situation dégradée pour l’enfant dès sa naissance ! »

Ainsi, nous encourageons et facilitons la manipulation de la vie humaine, malgré tous les risques avoués ou encore inconnus, le tout avec pour seule raison que ce qui est techniquement possible doit se faire. Nous consentons ainsi à toutes les mutations que la science permettra.

C’est un monde, tout de même!

Avec la PMA pour toutes, on va désormais fabriquer l’humain dans « un projet parental », mais si finalement le projet n’est pas ce qui avait été projeté, on le jette, comme on le fait déjà aux Etats-Unis ? Avec l’argument consistant à dire « cela se fait ailleurs », on peut craindre le pire. On touche à la filiation, il y aura une pénurie de gamètes, les couples infertiles auront encore moins de chances de pouvoir recourir à la PMA, malgré les campagnes publicitaires promises par le gouvernement, nous achèterons inévitablement le sperme de donneurs… et on nous dit qu’il n’y aura aucune marchandisation !

A lire aussi, Roland Hureaux: Régionales: se méfier de l’électeur qui dort

Pourtant quelle légitimité, avec les résultats électoraux de ces dernières semaines, la majorité parlementaire a-t-elle à faire passer cette loi bioéthique et toutes ses conséquences ? Elle sera responsable de la venue au monde d’enfants qui n’auront jamais de père. C’est blesser tous ceux qui sont devenus quelqu’un grâce à leur père, ceux qui regrettent de ne pas avoir eu de père, ceux pour qui la dignité de l’homme veut encore dire quelque chose.

Chacun comprend-il bien quel projet bioéthique nous avons voté ? Où est et sera la dignité humaine dans les prochains mois et années ? Où est le respect de l’embryon humain ? La question n’est plus de savoir quelle planète nous laisserons à nos enfants, c’est quels enfants nous laisserons à la planète !

Tu n'es pas des nôtres !

Price: 16,00 €

18 used & new available from 1,34 €


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article “Les blocages se sont étendus à toute la Colombie”
Next article Jean-Pierre Pernaut contre les “territoires”
Députée de la deuxième circonscription de l'Oise

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération