Home Monde “Les blocages se sont étendus à toute la Colombie”


“Les blocages se sont étendus à toute la Colombie”

En partenariat avec la revue "Conflits"

“Les blocages se sont étendus à toute la Colombie”
Un homme brandit un drapeau colombien lors d'affrontements avec la police alors que les manifestations antigouvernementales déclenchées par les augmentations de taxes proposées sur les services publics, le carburant, les salaires et les retraites se poursuivent, Bogota, Colombie, 28 juin 2021 © Fernando Vergara/AP/SIPA Numéro de reportage : AP22581234_000007

La Colombie subit de nombreuses manifestations et violences politiques dans la capitale et les grandes villes du pays. Le processus de paix initié avec les FARC n’a pas encore réglé les problèmes de criminalité et la faillite du voisin vénézuélien fragilise l’ensemble de la région. Entretien avec Cristian Rojas, professeur de sciences politiques, sur la situation sociale du pays.


Cristian Riojas est professeur de sciences politiques à l’Université de La Sabana (Bogota). Propos recueillis par Jean-Baptiste Noé.

Jean-Baptiste Noé (Conflits). Quelle est l’ampleur des manifestations en Colombie ? Est-ce que cela concerne seulement les grandes villes ou bien se déroulent-elles dans tout le pays ? 

Cristian Riojas. Bien que les manifestations et les émeutes se soient étendues à plusieurs régions de Colombie, les situations les plus difficiles persistent aujourd’hui à Bogota et à Cali, deux des principales villes de Colombie. Le bureau du procureur général a annoncé le 29 juin l’ouverture d’enquêtes dans ces deux villes contre des membres de ce qu’on appelle la primera línea [la ligne de front], un groupe sans dirigeants politiques visibles ni organisation claire, mais qui a pris la tête des manifestations et bénéficie du soutien de représentants de la gauche, emmenés par le candidat présidentiel Gustavo Petro.

À lire aussi, Alexis Brunet : « Si la violence prend le dessus en Colombie, cela va encore favoriser les extrêmes »

Bien que les troubles se déroulent principalement dans ces deux villes pour le moment, les blocages se sont étendus à tout le pays, entraînant des pertes de millions de dollars pour les activités productives.

Quelles sont les causes de ces manifestations ? On parle souvent de la hausse des impôts, qui a conduit à la démission du ministre de l’Économie, mais y a-t-il d’autres causes plus profondes ?

Il y avait un projet de réforme fiscale qui n’était soutenu par aucun des secteurs politiques, pas même par le parti au pouvoir. C’est une gaffe du président et de son ministre des finances qui a créé les circonstances parfaites pour une explosion sociale. Le projet a été retiré et le ministre a démissionné, mais deux raisons peuvent expliquer la continuité des mobilisations : d’abord une raison sociale, car comme on le sait la Colombie a des niveaux élevés de pauvreté qui ont empiré avec les confinements décrétés par la pandémie. Le chômage a augmenté et en particulier le chômage des jeunes, ce qui a motivé la participation de nombreux jeunes aux manifestations, car ils ne voient pas de bonnes perspectives d’avenir.

La deuxième raison est d’ordre politique. En 2022, il y aura des élections pour la présidence et la législature, il est donc clair que cela fait partie de la campagne. L’un des épisodes les plus controversés de ces derniers mois de mobilisation a été une vidéo dans laquelle on voit un dirigeant du syndicat des enseignants de l’école publique déclarer que tout cela a pour but de prendre le pouvoir l’année prochaine. C’est le pari de la gauche la plus radicale, mais après deux mois, cette stratégie commence à s’épuiser, car les coûts ont été très élevés et des millions de Colombiens sont affectés par la persistance de la grève. Pour cette raison et pour d’autres, le « comité national de grève », qui regroupe plusieurs syndicats, a suspendu les manifestations, mais les marches et les émeutes persistent – bien qu’avec moins de force – parce que le comité n’a pas le contrôle de ce qui se passe dans les rues.

À lire aussi: Éthiopie, Égypte, Soudan: intense stress hydrique autour du grand barrage de la Renaissance

Qu’en est-il des réfugiés du Venezuela ? Parviennent-ils à s’intégrer dans le pays et à trouver du travail ? 

En Colombie, il n’y a pas de problèmes de xénophobie particulièrement préoccupants. Bien qu’il ne s’agisse pas d’un pays habitué à l’immigration, les Vénézuéliens ont été accueillis sans problème majeur, entre autres parce qu’il existe une affinité culturelle évidente, il n’y a pas d’altérité problématique. De nombreux citoyens remarquent la présence de Vénézuéliens dans les activités illégales, mais en dehors de l’immigration, la Colombie a une longue et solide histoire de criminalité.

En ce sens, l’intégration a été relativement facile, mais les niveaux de chômage actuels touchent à la fois les nationaux et les immigrants. Le gouvernement a récemment publié un « statut de protection temporaire » qui régularise les Vénézuéliens dont le statut dans le pays n’a pas été résolu. Contrairement à ce que l’on pourrait attendre dans d’autres contextes, cette politique n’a pas suscité de contre-réactions que l’on aurait pu trouver légitimes.

Pensez-vous que le Venezuela provoque des manifestations, notamment avec d’anciens membres des FARC et des trafiquants de drogue ? 

Avant la fin de son mandat, l’ancien président de l’Équateur, Lenín Moreno, a accusé …

>>> Lire la fin de l’article sur le site de Conflits <<<


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Le blason du sang
Next article Dans la loi bioéthique, il n’y a pas que la PMA pour toutes!
Rédacteur en chef de Conflits, il dirige le cabinet de formation Orbis Géopolitique.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération