Home Édition Abonné Des chiens robots à la frontière mexicaine!


Des chiens robots à la frontière mexicaine!

Chiens robots ou «chiens de robots» ?

Des chiens robots à la frontière mexicaine!
Eva RODRIGUEZ LORENZO / AFP

On n’arrête pas le progrès. En septembre 2021, au Texas, des agents de la police des frontières américaine, juchés sur leurs chevaux, ont été suspectés de repousser des migrants haïtiens à coups de fouet. Mais ça, c’était avant l’arrivée des chiens robots. In Dog We Trust!


Les frontières américaines : à défaut d’y construire un mur, pourquoi pas des niches ? Des chiens robots équipés de caméras thermiques, de capteurs chimiques et biologiques, ainsi que d’une vision nocturne commencent à sillonner les frontières états-uniennes, essentiellement celles du sud les séparant du Mexique, dans le but d’épauler les forces douanières devant opérer en terrain parfois inhospitalier : collines, ravins, reliefs rocheux…

L’objectif est d’y débusquer migrants illégaux, trafiquants d’armes, de drogue et autres chenapans. Si ces robustes quadrupèdes mécaniques tout-terrains construits par la société Ghost Robotics peuvent transporter des charges utiles et livrer un compte-rendu visuel des lieux qu’ils inspectent, il semble que le département de la Sécurité intérieure des États-Unis n’ait pas été très exigeant sur l’aspect esthétique du produit fini : pas de tête ni de poil, un galbe de table basse… bref, rien qui puisse susciter l’empathie que les humains vouent habituellement au meilleur ami de l’homme.

A lire aussi : Parmi les clandestins sud-américains aux USA, il y a 2.74% de criminels

C’est même tout le contraire : des associations pour les droits de l’homme fustigent ce progrès sécuritaire en critiquant la déshumanisation du procédé, certaines pensant même que l’étape suivante serait de fixer une arme à feu sur le dos de ces nouveaux fidèles compagnons des garde-frontières. Ghost Robotics possède bien cette version améliorée en stock, mais il n’en est pas actuellement question. Une version dystopique de ce genre de robots nous a déjà été présentée par l’épisode « Metalhead » de la série télévisée Black Mirror qui nous en montrait la cruelle efficacité destructrice. Une chose est donc certaine, et les conservateurs les plus zélés pourront s’en réjouir, Netflix n’inspire visiblement pas uniquement les chantres du progressisme et de la justice sociale.

Mars 2022 - Causeur #99

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article La guerre en Ukraine, c’est mal: merci pour l’info les footeux!
Next article Guerre en Ukraine: l’énergie au cœur des débats

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération