L’humoriste décédé en 88 ne serait pas interdit. Mais il ne serait plus compris


Initialement j’étais décidé à traiter ce thème qui m’intéresse depuis quelques jours: le refus de donner le nom de Samuel Paty à un collège d’Ollioules et, au lycée la Martinière-Duchère dans le 9e arrondissement de Lyon, le scandale d’un professeur insulté, par certains en langue étrangère, et agressé avec des pierres. Je voulais en tirer la conclusion que pour le pouvoir il est plus facile de donner des noms de victimes du terrorisme islamique que de faire régner l’ordre et l’autorité dans les écoles. Mais j’ai écouté Sud Radio qui, à son tour, dans l’excellente matinale du week-end animée par Philippe David, a organisé un débat sur la liberté d’expression en confrontant le dessinateur et caricaturiste Olivier Ranson et l’humoriste Tex.

Fini de rire

Depuis plusieurs semaines on compare hier avec aujourd’hui sur le plan du rire et généralement on convient que Coluche et Pierre Desproges, par exemple, dans le climat politique et médiatique actuel, seraient interdits et en tout cas feraient scandale. Je n’en suis pas sûr. Ou, plus exactement, ils susciteraient l’émoi pour tout autre chose que leurs transgressions affichées.

A lire aussi, Ingrid Riocreux: Quand France 2 fait dire à Blanche Gardin l’inverse de ce qu’elle dit

Aujourd’hui, Pierre Desproges ne serait plus compris parce que le second degré fin, subtil, cultivé et intelligent a quasiment disparu. J’ai déjà écrit que le principal problème des humoristes de maintenant – trop partisans pour ce qu’ils veulent avoir de drôle – est de ne plus savoir nous faire rire.

Quand on écoute le

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite