Les humoristes professionnels se multiplient et on n’a jamais moins ri. Faut-il croire que notre modernité se piquant d’être drôle manque tout le temps sa cible?


Parce qu’elle confond les genres et mêle des dispositions et des exercices qui n’ont rien à voir les uns avec les autres ? Parce qu’elle sous-estime les qualités qui permettent à des professionnels du spectacle de vraiment faire rire ? Parce qu’aujourd’hui n’importe qui peut se lancer dans l’espace artistique en étant pourtant largement privé de la culture, de l’oralité et de l’intelligence nécessaires à l’expression d’un authentique esprit ?

A lire aussi: Guillaume Meurice, faites révérence à la redevance

Chamfort a répondu à quelqu’un affirmant qu’il « courait après l’esprit », qu’il « pariait pour l’esprit ». J’ai l’impression qu’il pressentait tout ce que l’actualité nous inflige comme prétendus « rigolos » qui sont aux antipodes de la libération d’un rire spontané et admiratif. Parce qu’il n’est pas facile de faire sortir notre humanité, dans ses composantes si contradictoires, de son sérieux, de sa gravité, même de ses angoisses.

André Bercoff, dans « Bercoff dans tous ses états » a consacré une émission passionnante le 18 décembre à l’humour et à la répartie. L’auditeur percevait d’emblée la difficulté, qui crée la confusion, voire l’escroquerie d’aujourd’hui, tenant à la dénaturation de certaines notions. La dérision, la causticité, la polémique, la répartie, la méchanceté ou la partialité se mettent dans la mouvance de l’esprit pour bénéficier de son aura mais échouent souvent lamentablement à en respecter les exigences. Parce qu’elles imposent des vertus qui ne sont pas communément partagées.

Il faut d’abord si bien maîtriser le langage dont on peut, usant de lui comme d’un instrument, faire surgir les effets de style, les paradoxes heureux, les traits étincelants, les pensées singulières qui en quelques secondes, en plusieurs minutes, en une heure enchantent. Parce qu’ils ne relèvent pas de banalités s’acharnant en vain à faire s’esclaffer mais d’une approche révélant à la fois la qualité souriante du propos et l’élégance de celui qui le profère.

A lire aussi: Affaire Nagui/Intervilles: la France s’émeuhhhh

Ensuite, l’esprit n’a pas pour vocation de se

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite