Des militants peuvent désormais obtenir que les personnages qui les dérangent soient retirés des scènes de certains films.


Une immense vague de révision de notre patrimoine culturel est à l’œuvre. Dernier épisode en date : un mouvement qui entend modifier le film de Chris Columbus Maman, j’ai encore raté l’avion ! de 1992 pour le rendre digeste à notre modernité fragile.

A lire aussi: Causeur: Finkielkraut évincé de LCI, la défaite de la pensée

Des milliers de cinéphiles vigilants entendent en effet expurger ce chef-d’œuvre tout à fait dispensable d’une séquence à proprement parler diabolique: celle où Donald Trump fait une brève apparition pour orienter le personnage du jeune Macaulay Culkin dans le Plaza Hôtel dont le futur président était le propriétaire à cette époque. Le comédien, aujourd’hui quadragénaire, a salué l’initiative prophylactique. Un internaute a même procédé au nettoyage numérique de la séquence.

kevin spacey house cards harcelement
Kevin Spacey à la cérémonie des Tony awards, juin 2017. Sipa.Numéro de reportage : AP22064401_000088.

On se souvient qu’au plus fort de l’hystérie #Metoo, un toilettage similaire avait été apporté au film Tout l’argent du monde, de Ridley Scott, pour que disparaisse à jamais l’image maléfique de Kevin Spacey, qui fais

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Février 2021 – Causeur #87

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite