Madame Schiappa entend « mettre fin à l’impunité du harcèlement sexuel ». Ce qui serait un objectif louable s’il ne se faisait au prix d’une violation de tous les principes fondamentaux de la justice.


Les récentes évolutions du féminisme ne cessent d’inquiéter. Ceux qui pensaient que nous avions touché le fond avec ce qu’Élisabeth Badinter a qualifié de « féminisme victimaire » suivent depuis quelques semaines avec effarement la transformation de cette dérive en un phénomène encore plus atterrant : le féminisme délateur.

A lire aussi: Acquittement d’un homme jugé pour viol sur une fille de 11 ans: s’indigner sans rien savoir

Déjà, avec l’affaire Sauvage, les dérives du féminisme avaient permis de transformer une meurtrière en victime. Ses partisanes vont jusqu’à vouloir instaurer une prétendue « légitime défense différée », c’est-à-dire un permis de tuer. Maintenant, l’onde de choc provoquée par l’affaire Weinstein leur permet de pousser encore plus loin en déclenchant une déferlante de dénonciation. Si mon propos n’est évidemment pas de nier ou de minimiser la gravité des viols, harcèlements et autres agressions sexuelles, il me paraît absurde de considérer les femmes comme des c

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Novembre 2017 - #51

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite