L’étude des sociologues Olivier Galland et Anne Muxel révèle, entre autres, que la grosse minorité de jeunes musulmans qui cède aux sirènes de l’absolutisme religieux ne souffre pas d’inégalités sociales criantes. Mais le rejet des valeurs dominantes ne se borne pas aux frontières de l’islam. Souvent complotiste, toujours individualiste, la génération Z a de quoi inquiéter. 


L’affaire est entendue. Pour les Lyssenko de la sociologie, si une minorité non négligeable (28 %1) des Français musulmans préfère la charia aux lois républicaines, c’est qu’ils sont quotidiennement discriminés. Poussé à ses extrémités, ce raisonnement expliquerait la spirale criminelle dans laquelle sont tombés Mohammed Merah, les frères Kouachi, Abdelhamid Abaaoud et les innombrables membres du bataillon français de Daech.

Soupçonnés d’islamophobie

Élémentaire… mais faux ! Répondant à un appel d’offres lancé par le CNRS après les attentats de novembre 2015, alors qu’il apparaissait qu’on ne savait rien de la sécession d’une partie de la jeunesse, une vaste enquête des sociologues Olivier Galland et Anne Muxel menée auprès d’un échantillon de lycéens fait voler en éclats la vulgate pseudo-marxiste. Synthétisés dans La Tentation radicale (PUF, 201

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Causeur #57 - Mai 2018

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite