Dernier film en noir et blanc de Melville, « Le Deuxième souffle » (1966) est diffusé sur Arte jeudi 16 avril à 13h35.


Un dimanche soir de confinement au pays pagan, un fort vent glacé du nord souffle sur la maison. Bien calé au chaud, je revois sur la chaine ARTE, Le Deuxième souffle de Jean-Pierre Melville adapté du très bon roman policier de José Giovanni. Servi par le talent d’une pléiade d’acteurs formidables: Paul Meurisse, magistral dans le rôle du commissaire Blot, Lino Ventura, royal et imperturbable dans son interprétation mémorable de Gustave Minda dit Gu, gangster et homme d’honneur et Christine Fabréga, jouant Simone Melletier dite Manouche, amoureuse  tendue, lasse, fatiguée, émouvante. Tous les acteurs des seconds rôles – Raymond Pellegrin, Michel Constantin, Marel Bozzuffi, Paul Frankeur, Denis Manuel –  comme toujours chez Melville, sont impeccables.

Dernier film en noir et blanc de Melville, tourné en 1966, il annonce déjà par une synthèse parfaite des thèmes et motifs contenus dans ses précédents films policiers, les épures stylistiques qu’il va développer dans sa trilogie de polars tragiques avec Alain Delon (Le Samouraï, Le Cercle rouge, Un flic). 

Le souci du détail

Melville, cinéaste très exigeant et éternel insatisfait, modèle sans cesse la structure temporelle de ses films. Ne s’encombrant pas de la vraisemblance des actions qu’il met en scène, il  préfère en travailler la durée. Dès le début du film, après l’attaque du bar de Jacques; le notaire à Paris – situé à proximité de la place de L’Étoile –, filmée de manière sèche et brève, suit une admirable scène tournée en un seul plan séquence où le commissaire Blot, campé par Paul Meurisse, très certainement l’un des plus beaux personnages de flic de toute l’œuvre du cinéaste,  analyse de manière exemplaire et méticuleuse le meurtre de Jacques le notaire. Melville donne du temps aux acteurs, et, leur permet ainsi d’être plutôt que d‘interpréter par des déplacements précis et des répliques cinglantes et sarcastiques, très écrites.

A lire aussi: « Léon Morin, prêtre », un film de Jean-Pierre Melville

Une autre scène, celle de l’attaque du fourgon transportant les caisses de platine, nous montre le génie dramaturgique du cinéaste. Dans un film noir classique – univers qui a beaucoup imprégné Melville – la séquence se déroulerait de nuit, au crépuscule ou à l’aube en milieu urbain. Le cinéaste choisit de la tourner en plein jour dans un petit col méditerranéen aride et sec  et d’en étirer la durée. Chaque action des truands est filmée dans le temps de l’action réelle: la préparation méthodique du casse, la lente attente du fourgon, l’attaque rapide et cruelle, le camouflage du forfait où les quatre gangsters prennent le temps qu’il faut pour effacer au mieux les traces de leur forfait, leur retour à la ville, tous revêtus de leur éternel costume de malfrat (pardessus sombre, complet-veston, cravate et Borsalino). Cette scène qui atteint une minutie d’une précision documentaire et temporelle rare enrichit la fiction. Le déroulement du temps, l’occupation de l’espace, le déplacement et les propos des protagonistes sont essentiels dans ce film pour comprendre le destin tragique de Gu, homme solitaire et incompris, gangster implacable qui tue des hommes avec froideur, sans jamais sourciller et place l’honneur, la fidélité et l’amour comme règles de vie.


Ces deux superbes moments d’anthologie nous indiquent la force et l’intelligence de la maîtrise technique et narrative du cinéaste. Jean-Pierre Melville s’identifie à ces hommes qui vivent hors du monde et de toute contingence sociale comme lui – il  a révélé sa misanthropie dans des entretiens [1] –, comme les résistants dont il fera un portrait saisissant et terrible dans son chef-d’œuvre L’Armée des ombres. Filmé dans des décors sobres et austères dans un style très épuré, magnifié par la force de son scénario et de ses dialogues souvent elliptiques, la rigueur des cadres et le somptueux noir et blanc de son chef opérateur Marcel Combes, Le Deuxième souffle s’avère une œuvre de toute beauté, une tragédie fatale. Du très grand art! 

À regarder dès demain à 13h35 sur Arte.

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Jacques Déniel
est directeur de cinéma.
Lire la suite