Homophobie, racisme, misogynie: les chefs d’accusation pleuvent sur les professionnels du rire pris en flagrant délit de mauvais esprit. Encouragée par les réseaux sociaux, la fragmentation du corps social en une multitude de minorités opprimées a fait une victime: l’humour.


Il y a cent ans on lisait La Case de l’oncle Tom, un peu plus tard Tom bon nègre, dans les sixties il y avait un Noir à chéchia rouge sur les boîtes de Banania et on achetait des nègres en chemise à la pâtisserie. C’était le temps où il était naturel d’être au pire raciste et au mieux condescendant.

Malheureusement, si l’époque où tout était permis est heureusement révolue, celle où rien n’est autorisé pointe le bout de son nez. Chaque idéal a désormais ses bigots rigidement drapés dans leur inattaquable humanisme, censés protéger « leur » faible, dont la caractéristique principale est d’être tellement bête qu’il ne sait jamais ce qui est bon pour lui.

Les humoristes refusent de parler

Dans ce climat que l’on peut qualifier de néopuritain, les humoristes ont longtemps bénéficié d’une sorte d’immunité – qu’ils refusaient à leurs victimes. Ainsi pouvaient-ils se déchaîner contre un malheureux coupable d’un mot de travers tout en déconnant sur à peu près tout. Peu à peu, ce droit de rire de tout a été grignoté par les protestations de communautés offensées, en particulier de l’une d’elles, puis par les assassins, également très offusqués, de Charlie Hebdo. Aujourd’hui, c’est le « féminisme policier », pour reprendre l’expression de Peggy Sastre, qui réclame que l’on soit pendu pour une blague, même bonne.

Face à cette coalition disparate de censeurs, les humoristes sont en première ligne. Aussi avons-nous voulu savoir s’ils pouvaient encore laisser aujourd’hui libre cours à leur mauvais esprit. Nous avons donc demandé à un certain nombre d’éminences de la profession de nous parler de la façon dont cette atmosphère pesait sur leur travail. À l’exception de Régis Mailhot, que nous remercions pour sa liberté, tous nous ont fait la même réponse, qui est en elle-même une démonstration : « Non merci, sans façons. »

A lire aussi: Régis Mailhot: « Si Twitter avait existé dans les années 1940, les caves auraient été vides »

En vérité, on les comprend. Tex viré pour une blague trash, beaucoup d’autres insultés et traînés dans la boue. Qu’iraient-ils faire dans cette galère ? Alors que, dans leurs spectacles, tous assurent ne pas se censurer, s’exprimer sur ce sujet dans les médias revient, quoi qu’on puisse déclarer, à tendre le bâton pour se faire battre. Le bad buzz n’est jamais loin.

Twitter is watching you

Jean-Luc Lemoine peut en témoigner. Il anime « Couple ou pas couple » sur C8, dans lequel deux joueurs doivent reconstituer sept couples parmi 20 prétendants. Le 26 décembre dernier, les deux candidats, David et Rémi, auraient, d’après des procureurs autoproclamés, « multiplié les stéréotypes sur les homosexuels ». Retour sur le plateau.

« Nous connaissons l’orientation sexuelle de Damien, se vante Rémi.

– Il est stylé, il a de jolis tatouages, une boucle d’oreille à une seule oreille, ça ne se fait plus trop chez les hétéros », enchaîne David.

Immédiatement, Lemoine,

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Février 2018 - #54

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite