Si l’humoriste ne s’exprime pas de la même façon à la radio et sur scène, c’est en grande partie à cause de la pression des réseaux sociaux qu’il qualifie de « pot de chambre participatif ». Conscient qu’un lynchage sur Twitter peut condamner un artiste à la mort sociale, il s’inquiète de ce poujadisme des élites. 


Causeur. En plus de vos spectacles, vous officiez à la radio depuis de nombreuses années en tant qu’humoriste. Les réseaux sociaux vous ont-ils compliqué la tâche ?

Régis Mailhot. Ils l’ont surtout démultipliée… Les réseaux sociaux agissent comme une caisse de « déraisonnance ». Quand j’ai débuté, je recevais des courriers, des e-mails. C’était sur France Inter, donc je me faisais insulter pour une faute de grammaire. Mais un rédacteur en chef, un patron des programmes pouvait choisir de ne pas vous les transmettre. C’était plus facile de ne pas être parasité, de ne pas dévier de sa ligne de conduite. Aujourd’hui, les critiques, les demandes de renvoi et surtout les insultes sont publiques. Twitter, c’est le pot de chambre participatif du web. Personne ne nettoie. N’importe quelle blague peut m’attirer une « fatwa » ou une « cabale » de tel ou tel groupe déchaîné. Cette malveillance, souvent anonyme, finit

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Février 2018 - #54

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite