Les scientifiques ont déjà des pistes sérieuses pour expliquer pourquoi COVID-19 ne s’attaque pas aux plus jeunes, une population pourtant souvent vulnérable.


Dans la crise sanitaire que nous vivons aujourd’hui, un phénomène nous protège de la panique générale : sur plus de 7000 personnes décédées à cause du coronavirus depuis le début de l’épidémie en janvier, aucune n’a eu moins de neuf ans. Ce petit miracle était loin d’être évident : dans un grand nombre des pathologies, les taux de mortalité en fonction de l’âge présentent plutôt une courbe en U, exposant à la fois les plus jeunes et les plus âgés.

Une population souvent très vulnérable – les enfants de bas âge – est donc épargnée

Imaginons une seconde l’état de nos sociétés si cela n’avait pas été ainsi, si des enfants de deux, trois ou six ans mourraient au même rythme que leurs grand-parents… Pas sûr que notre société aurait été capable de résister à une telle charge émotionnelle. Dans les colonnes du quotidien israélien Haaretz, Assaf Ronel essaie de comprendre pourquoi les plus jeunes ne sont pas les plus vulnérables cette fois. 

Et il commence par ce double constat : les moins de neuf ans sont épargnés mais plus généralement les effets de cette pathologie sont étroitement liés à l’âge. Ainsi les personnes entre 10 et 40 ans sont elles aussi relativement épargnés. En revanche, plus on avance en âge, plus on est exposé à des formes grave de cette infection virale et à la mort. Ainsi, au-delà de 60 ans, la courbe monte puis explose pour les personnes de plus de 80 ans.  Comment expliquer l’immunité des plus jeunes ? Cette piste, pensent les scientifiques contactés par Assaf Ronel, peut nous amener vers la piste d’un traitement efficace au Covid-19. 

Les enfants infectés mais pas malades

Notons d’emblée que les enfants ne sont pas à l’abri de la contamination. Selon les informations disponibles, ils sont tout autant infectés par le coronavirus que les autres catégories de la population. Or, l’infection ne s’exprime pas chez eux, sinon par des symptômes légers. Ce qui en fait d’ailleurs d’importants agents pathogènes diffusant la maladie – raison pour laquelle les écoles sont fermées – mais aussi une source d’espoir.

Le coronavirus n’est pas la seule infection à laquelle les très jeunes enfants résistent. C’est aussi le cas de la famille des streptocoques. Dans le cas de la grippe espagnole, après la Première guerre mondiale, l’essentiel de la mortalité se concentrait sur les 30-40 ans.  Il est donc logique de chercher des explications dans l’évolution de notre système immunitaire.

Inné et acquis

La résist

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite