Benoît Hamon reçu par la rédaction du Bondy Blog (2014). Sipa. Numéro de reportage : 00697162_000013.

Daoud Boughezala. Vous avez côtoyé Mehdi Meklat au sein de la rédaction du Bondy blog. Quel bilan tirez-vous de cette entreprise lancée après les émeutes de 2005 ?

Alexandre Devecchio. J’ai intégré le Bondy Blog en 2008 en même temps que la « prépa égalité des chances ». Cette prépa, entièrement gratuite et réservée aux élèves boursiers, est née de la volonté du Bondy Blog et de l’Ecole supérieure de journalisme de Lille (ESJ Lille) d’ « ouvrir » davantage les grandes écoles de journalisme.  Ces dernières sont extrêmement coûteuses et représentaient un rêve inaccessible pour le fils de camelot que je suis. Je garde un très bon souvenir de cette expérience, qui m’a permis d’entrer au Centre de formation des journalistes de Paris (CFJ), et reste infiniment reconnaissant au Bondy blog pour cela.  Contrairement aux conventions d’éducation prioritaire (CEP) de Sciences Po, il  ne s’agissait pas d’un dispositif de discrimination positive ou d’un système de quotas. Banlieusards ou provinciaux, nous avons bénéficié d’un accompagnement scolaire et d’aides financières puis passé les concours de manière anonyme. Dans l’ensemble, l’ambiance était bon enfant : le soir et le week-end nous sortions boire des verres dans le vieux Lille. Certains prenaient de la bière du Nord, d’autres du Coca. Bref, la France périphérique des « petit blancs » et la France des banlieues vivaient ensemble dans une vraie mixité.

N’idéalisez-vous pas quelque peu le passé ?

Pas du tout. Dans cette bonne ambiance générale, certaines fractures affleuraient déjà. Une minorité d’étudiantes, qui étaient à l’époque apprenties journalistes au Bondy blog et qui aujourd’hui sont proches ou membres de la direction du site, faisait bande à part. Elles revendiquaient sans cesse leur « identité arabe » et se montraient parfois verbalement agressives à l’égard des autres élèves qu’elles semblaient considérer au choix comme des racistes en puissance ou des « collabeurs ».

Cette sécession culturelle rampante fait-elle du Bondy blog un territoire perdu du journalisme ? Gilles Kepel le dit acquis à l’idéologie des Frères musulmans

Le Bondy blog a le mérite de donner la parole sans filtre aux habitants des banlieues. Le site reflète donc assez fidèlement l’état d’esprit qui règne dans ces quartiers dit sensibles. L’évolution de la ligne éditoriale du Bondy blog depuis les émeutes de 2005 traduit l’évolution des mentalités dans ces quartiers ces dix dernières années, notamment la montée en puissance des revendications identitaires qui ont désormais pris le pas sur les revendications sociales et politiques. Lorsque j’écrivais au Bondy blog, le discours victimaire et communautaire était déjà dominant.  La majorité des blogueurs en faisait des tonnes sur les « discriminations » dont seraient victimes « les musulmans » et  relativisaient, voire niaient, toute  les autres dérives pourtant  omniprésentes en banlieues : pratiques mafieuses, sexisme, communautarisme, antisémitisme, homophobie, racisme anti-blanc.  La défense de la laïcité et la critique des « accommodements raisonnables » étaient perçues comme « islamophobes » par une partie des blogueurs tandis que la question du halal pouvait revenir de manière obsessionnelle.

A l’époque, ces tabous ne vous ont pas empêché d’y écrire, sans que vos petits camarades ne vous bâillonnent ni ne vous condamnent au bûcher !

Il était encore  possible de faire entendre une autre voix. Ce ne serait sans doute plus le cas aujourd’hui. La vague d’attentats des années 2015-2016 est passée par là et le discours islamo-gauchiste est devenu quasi hégémonique en banlieue. En témoigne notamment le succès grandissant des meetings des Indigènes de la République.  Il faut aussi souligner le changement générationnel à la tête du site. Il y a d’abord eu le départ d’Antoine Menusier, rédacteur en chef du site de 2007 à 2011, qui défendait une ligne laïque et anti-communautariste. Puis en mai 2016, celui de Nordine Nabili, membre fondateur et président du Bondy blog depuis dix ans. En mai 2016, Nordine Nabili, qui dirigeait le Bondy blog depuis dix ans, a passé la main. Nordine, pour qui j’ai une vraie tendresse, est ce qu’on appelle un « beurgeois ». Il appartient à la génération morale des années 80. Cette génération a fait de l’antiracisme et de la défense du multiculturalisme son fonds de commerce, mais n’en est pas moins le produit d’une intégration sociale et culturelle parfaitement réussie. Pour cette génération, l’islam n’était pas une question. La génération de Mehdi Meklat, qui est désormais aux manettes du site, est plus identitaire. C’est la jeunesse des émeutes de 2005 : celle de la désintégration culturelle et de la réislamisation.

Mehdi Meklat s’abrite derrière une licence artistique pour justifier ses tweets homophobes et antisémites lancés sous le pseudo de Marcelin Deschamps pour, prétend-il, « questionner la notion d’excès » (sic).  Que pensez-vous du choix de ses cibles (Charlie Hebdo, Caroline Fourest, Alain Finkielkraut…) et de sa rhétorique « anti-islamophobe » ?

Ses propos révèlent la dérive communautariste et identitaire que je viens de décrire. Medhi Meklat, qui a lancé les «éditions du Grand remplacement » utilise d’ailleurs exactement le même vocabulaire que les mouvances identitaires classées à l’extrême droite. Cette dérive dépasse malheureusement le cas du Bondy Blog et de Mehdi Meklat et tend à se banaliser en banlieue. « Nous partagions peut-être parfois une certaine colère » explique Medhi Meklat à propos de son « double numérique », Marcelin Deschamps. Ses tweets expriment la frustration et le ressentiment d’une jeunesse nourrie au lait de la victimisation et de la repentance. Dans mon livre,  Les Nouveaux enfants du siècle (Le Cerf, 2016), je qualifie cette jeunesse des cités de « génération Dieudonné ».

Avant de tourner casaque, Dieudonné était un parangon d’antiracisme célébré par tout ce que l’intelligentsia des années 1990 comptait de grandes consciences. Son cas vous rappelle-t-il le phénomène Mehdi et Badrou, hier encore chouchous des Inrocks, du Monde et de Télérama ?

Dieudonné est en quelque sorte la créature des docteurs Frankenstein de la « gauche morale ». Avant d’expliquer que « les juifs sont des négriers reconvertis dans la banque et la haute finance » et de chanter Shoah nanas, il a d’abord été un « artiste citoyen » engagé dans l’antiracisme militant au point, lors des législatives de 1997, d’être candidat à Dreux contre le FN. Mais s’estimant instrumentalisé et lésé par ses anciens « potes » de SOS, il  va entamer une lente dérive, s’enfermer peu à peu dans un ressentiment qui s’exprime aujourd’hui par un antisémitisme délirant et une farouche haine de la France.

La « génération Dieudonné », tout comme l’ «humoriste» auquel elle doit son nom, est le produit de l’échec de l’antiracisme des années 1980. En troquant le modèle traditionnel d’assimilation contre le système multiculturaliste anglo-saxon, l’égalité contre la diversité et la laïcité contre l’identité, cette idéologie a fait le lit du communautarisme. Dès 1993, le regretté  Paul Yonnet, dans son Voyage au cœur du malaise français, souligne le paradoxe qu’il y a à vouloir éteindre le racisme en exacerbant les identités. Il y voit une forme de discrimination à fronts renversés qui servira à essentialiser les individus en fonction de leur couleur de peau ou de leur origine et à transformer la société française en nouvelle tour de Babel.

Une tour de Babel que célèbre aujourd’hui Emmanuel Macron selon lequel « il n’y a pas de culture française ». Dans ce sillage différentialiste, Claude Askolovitch et Pascale Clark ont volé au secours de Mehdi Meklat. Voyez-vous dans l’antiracisme sélectif de  la « gauche olfactive » (Elisabeth Lévy) un symptôme de désintégration nationale ?

Après trente ans d’antiracisme différentialiste, la France n’a en effet jamais été aussi divisée et fracturée. Déculturée, déracinée, désintégrée, une partie des jeunes de banlieue fait sécession. Cela peut passer par de simples tweets comme dans le cas de Mehdi Meklat. Mais d’autres brûlent des voitures, agressent des juifs ou s’envolent pour la Syrie.

Comme vous, je suis frappé par le deux poids deux mesure de cette gauche antiraciste qui traque inlassablement le moindre « dérapage », la moindre entorse à la novlangue officielle, qui va jusqu’à traîner devant les tribunaux un historien aussi respectable que Georges Bensoussan, n’a pas hésité à porter au pinacle Mehdi Meklat dont les tweets ferait passer Jean-Marie Le Pen pour un social-démocrate. 

Il faut voir dans cette attitude une forme de snobisme, voire de condescendance néo-coloniale. Pour une partie de l’intelligentsia de gauche, Mehdi Meklat est une sorte d’ « animal de foire » qu’il convient d’encenser  pour se donner bonne conscience, « avoir l’air cool et subversif ». Cette complaisance est peut-être aussi liée à l’évolution idéologique de la gauche ainsi qu’à sa nouvelle stratégie électorale.

La fameuse « préférence immigrée » que notre ami  Hervé Algarrondo dénonce depuis des années…

Après le tournant de la rigueur de 1983 et la conversion au néo-libéralisme de François Mitterrand, l’antiracisme institutionnel a bel et bien constitué une idéologie de substitution pour le PS. En 2012, la fameuse note de Terra Nova a théorisé l’abandon des classes populaire au profit des « minorités ». Peu à peu, l’affrontement des ethnies a remplacé la lutte des classes,  le musulman » le prolétaire, et le mâle blanc occidental le capitaliste. Cette dialectique manichéenne a contribué à accentuer fortement les fractures françaises et à fragiliser la cohésion nationale. Elle a notamment nourri la paranoïa des jeunes de banlieue en offrant une explication simpliste à leurs difficultés d’intégration et en  les enfermant dans leur identité particulière, voire dans une appartenance ethno-culturelle fantasmée. De ce point de vue, bien que je n’aie jamais été proche de lui, ni de ses idées,  j’éprouve une certaine tristesse pour Mehdi Meklat. Ses tweets expriment d’abord un profond malaise identitaire qui confine à la schizophrénie. Et s’il faut condamner quelqu’un dans cette affaire, ce sont ceux qui l’ont nourri, instrumentalisé, exacerbé.