Grand connétable du Saint-Empire romain germanique, Boecklin von Boecklinsau quitta les Impériaux en 1513 pour rejoindre François Ier. Il s’occupa un temps de l’extension du royaume vers le sud, avant d’être vilipendé par les rois de Navarre (ce que n’aimait pas François Ier qui n’était pas Henri IV). Boecklin von Boecklinsau dut alors se faire une raison après la bataille de Marignan en consacrant sa vie et son talent aux rescapés de l’effroyable bataille qui se déroula en 1515 (pour les ignares). Comme en témoignent les principaux historiographes, les anciens combattants de Marignan surent reconnaître en lui le plus habile des hommes politiques de sa génération malgré les brusques manières que le grand connétable adoptait parfois : « Il est moderne quoique un peu gauche », déclarait notamment Erwin von Besson, guillotiné en 1516 sur ordre de François Ier. On doit ce tableau à Hans Baldung Grien, qui signa là l’un de ses « chefs d’œuvre » (on attend encore la suite)…

Hans Baldung-Grien, Porträt vom Boeckin von Boecklinsau, huile sur bois, 1513. Conservée au Musée de la Bonne Impression, Mulhouse (68).

Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Raúl Cazals
Raúl Cazals est un critique d'art d'origine cubaine. Très critique avec l'art en général, il prépare une "Historia del Arte en diez lecciones". Il vit en exil à Madrid depuis 1979, où il supporte tant qu'il peut les surfaces.
Lire la suite