Si le déluge d’argent bon marché déversé par les banques centrales a sans doute sauvé l’économie mondiale de la récession, ses effets secondaires s’accumulent. Et risquent de créer une bulle prête à exploser.


« Le vrai peut quelquefois n’être pas vraisemblable », a dit Boileau. À ce jour, un quart du montant des emprunts cotés sur le marché international du crédit est affecté de taux négatifs. Du coup, nos experts qui y perdent leur latin et leur grec, s’inquiètent ouvertement. Comment les taux d’intérêt peuvent-ils tomber au-dessous de zéro ? Comment le système de crédit pourrait-il fonctionner sans le profit inclus dans la marge d’intérêt ?

Cependant, il ne peut pas exister d’aberration pure. L’anomalie des taux négatifs a forcément une explication que l’intuition conduit à rechercher dans les transformations financières accomplies durant l’ère néolibérale.

Comment se formaient en effet les taux d’intérêt il y a encore quarante ans ? Sur le marché dit primaire où sont émis les emprunts nouveaux des États, des entreprises cotées et des banques elles-mêmes. Ce marché confrontait les demandes de ces grands emprunteurs et les offres des fournisseurs de crédit, banques et fonds de placement. Il était donc, par construction, relié aux besoins économiques : besoins des États pour leur trésorerie et le financement à long terme des déficits, besoins des entreprises pour leur trésorerie et leurs investissements dans la mesure du nécessaire, besoins de trésorerie au jour le jour des banques. Un accroissement des besoins suscitait, toutes conditions égales par ailleurs, une tension à la hausse sur les taux du marché, et symétriquement, une augmentation des offres des prêteurs une pression à la baisse. C’est dans ce contexte qu’il convenait d’apprécier l’action des banques centrales, chargées de contrôler les acteurs du marché, soit en prélevant des liquidités pour conjurer un emballement de la machine économique, soit en offrant des liquidités supplémentaires en cas de ralentissement marqué.

A lire aussi : Tous victimes de l’ultralibéralisme étatiste français

Simultanément, une fraction des prêts émis en continu s’orientait vers le marché dit secondaire où sont échangés les titres déjà émis des emprunteurs concernés : la France ou la Grèce, General Electric ou Siemens, Société générale ou Deutsche Bank.

Mais lequel de ces marchés était le marché directeur ? C’était le marché primaire, le marché des emprunts neufs. C’est là que les prêteurs exerçaient une influence décisive, qu’ils sanctionnaient favorablement la politique des emprunteurs en accordant une prime à leurs demandes nouvelles ou qu’ils les censuraient par une décote par rapport au prix d’émission. Le marché secondaire restait cantonné dans le rôle accessoire de marché de l’occasion permettant aux détenteurs d’emprunts de se défausser éventuellement pour se reporter sur d’autres emprunts. L’expérience néolibérale a donné le rôle directeur au marché secondaire où sont traités les emprunts anciens.

La révolution inaugurale

Une vraie révolution, s’il en est, issue de deux transformations simultanées. La première, chacun a pu la voir, est représentée par l’installation de déficits chroniques et de dettes structurelles des États développés qui a élargi d’une manière décisive le gisement de la dette publique. La deuxième, quasiment ignorée du public, est la titrisation, qui a consisté, pour les banques, à mettre sur ce marché secondaire les prêts qu’elles accordaient aux particuliers et aux PME. Au bénéfice de ces deux transformations, le marché secondaire, complètement renouvelé, s’est emparé du rôle directeur. C’est lui qui décide de la qualité des emprunteurs dans un processus quotidien où interviennent les traders et les agences de notation. Ainsi, depuis plus de trente ans, le marché secondaire d’emprunts se comporte comme le marché des actions ! Pas plus que le marché des actions ne finance les entreprises, sauf cas rarissimes d

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Novembre 2019 - Causeur #73

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite