Home Société Immigration: ces clichés que vous n’avez jamais osé démonter


Immigration: ces clichés que vous n’avez jamais osé démonter

Un certain discours misérabiliste cultive la haine et le ressentiment

Immigration: ces clichés que vous n’avez jamais osé démonter
"Le ciel, les oiseaux et ta mère"

« Nous, les Arabes, on n’arrivera jamais à rien en France… » Combien de fois n’a-t-on pas entendu cette phrase suicidaire. Elle est fausse et mensongère. Et ce n’est pas la seule. Récit.


C’était avenue Gambetta, au siège du rectorat de Paris. J’attendais d’être reçu afin de demander de la compréhension pour mon fils qu’on voulait virer de son collège. Avec moi attendaient trois autres personnes. Une femme d’une quarantaine d’années, une jeune fille qui manifestement était sa fille et un grand gaillard qui pouvait avoir 15 ou 16 ans. Ils parlaient en français et en arabe. La mère houspillait son fils : « Tu te fais jeter de partout. Maintenant, c’est ta dernière chance ». Le grand gaillard, penaud, baissait la tête et marmonnait : « Nous, les Arabes, on n’arrivera à jamais rien de bien en France. Et puis l’école, c’est trop dur ».

Dur dur d’être un immigré…

La mère haussa le ton : « Ah, l’école c’est trop dur ? Imbécile ! Tu ne sais pas que nous, les Arabes, nous devons travailler deux fois plus que les autres ? Et c’est comme ça que nous arriverons à quelque chose ». Elle avait cent fois raison.
Oui, les Arabes doivent travailler deux fois plus que les autres… comme tous les immigrés ou descendants d’immigrés qui les ont précédés. Comme les Italiens, les Arméniens, les Portugais, les Espagnols, les Juifs… Tous ont dû travailler deux fois plus que les autres, les Français de souche.
Parce que la France était un pays raciste et xénophobe ? Non ! Simplement parce qu’ils étaient étrangers et qu’il fallait se faire accepter. Et qu’il fallait devenir français, plus français même que ceux qui avaient eu le privilège de naître ici.

Renoncer à tout effort

Je ne sais pas ce qu’est devenu le grand gaillard de l’avenue Gambetta. Peut-être, et en tout cas je l’espère, que sa mère lui a fait entendre raison. Mais je sais qu’ils sont des dizaines de milliers comme lui à avoir renoncé à tout effort. Pour se justifier de leur résignation, ils en veulent à la France qu’ils voient comme une marâtre.
Ils exorcisent leur pitoyable destin avec des phrases toutes faites : « La France est raciste », « La France est islamophobe ». Rien que du ressentiment et de la haine qui les enfonce plus bas, toujours plus bas. C’est dommage pour eux. Nous, on s’en sortira.

Les effacés de la terre

Price: 6,40 €

23 used & new available from 1,49 €


Les Batards de Sartre

Price: 16,90 €

7 used & new available from 13,49 €



Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Voyage autour de ma bibliothèque (4/10)
Next article Philippe Val: “Plus personne aujourd’hui ne publierait les caricatures de Mahomet”
est journaliste et essayiste

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération