Alain Finkielkraut analyse la pensée simpliste d’ados plus enclins à suivre Greta Thunberg que leurs cours… Puis, il évoque le « bovarysme » de Lionel Duroy dans Télérama,  lequel vilipende la sexualité masculine et croit voir dans le drame des migrants en Mer Méditerranée la nouvelle Shoah.


La génération des gardes verts

Avec Greta Thunberg et la grève hebdomadaire des cours pour sauver la planète, la jeunesse s’est emparée de la cause écologique. Or, « leur expérience du monde étant pauvre, les jeunes n’aiment pas l’ambiguïté », comme l’écrit Primo Levi dans Les Naufragés et les Rescapés. Ce qui les attire dans l’écologie, c’est la simplicité apparente de ce combat. En se mobilisant pour le climat, ils font d’une pierre deux coups : ils défendent en même temps la vérité et la justice, ils obéissent à la voix de la science et à celle de la conscience. Et je ne connais pas de spectacle plus affligeant que celui des adultes se battant la coulpe devant la nouvelle génération des gardes verts.

L’engagement de beaucoup d’intellectuels était naguère motivé par la honte d’être bourgeois. Ils expiaient leurs privilèges en se mettant au service des prolétaires. Voici venu le temps de la honte d’être blanc et de la honte d’être homme.

Adieu la politique, adieu les casse-tête et les cas de conscience, adieu la question de savoir si face aux émissions de CO2, le nucléaire fait partie du problème ou de la solution, adieu les arbitrages entre des injonctions ou des besoins contradictoires – on oublie que le devoir a des carrefours ou, comme le dit encore Victor Hugo, que « la responsabilité peut être un labyrinthe ». Tout est clair. Le monde est réduit à l’affrontement de deux forces : le Mal destructeur de la vie et le Bien qui a la force de l’incontestable. Gouvernée par l’évidence, la sainte colère des enfants peut se donner libre cours. Mais, pour reprendre une formule de Denis Kambouchner, la première finalité de l’école est de « donner des mots ». Alors, si les adultes assumaient leurs responsabilités pour le monde, ils se consacreraient tous les jours de la semaine, même le vendredi, à cette tâche prioritaire au lieu de s’incliner devant cette formulation barbare : « Nous ferons nos devoirs quand vous ferez les vôtres. » Ils feraient lire, par exemple, et même apprendre par cœur cette description de Chateaubriand : « Le printemps, en Bretagne, est plus doux qu’aux environs de Paris et fleurit trois semaines plus tôt. Les cinq oiseaux qui l’annoncent, l’hirondelle, le loriot, le coucou, la caille et le rossignol, arrivent avec de tièdes brises qui les hébergent dans les golfes de la péninsule armoricaine. La terre se couvre de marguerites, de pensées, de jonquilles, de narcisses, de hyacinthes, de renoncules, d’anémones, comme les espaces abandonnés qui environnent Saint-Jean-de-Latran et Sainte-Croix de Jérusalem, à Rome. Des clairières se panachent d’élégantes et hautes fougères ; des champs de genêts et d’ajoncs resplendissent de fleurs, qu’on prendrait pour des papillons d’or posés sur des arbustes verts et bleuâtres. Les haies, au long desquelles abondent la fraise, la framboise et la violette, sont décorées d’églantiers, d’aubépine blanche et rose, de boules de neige, de chèvrefeuille, de convolvulus, de buis, de lierre à haies écarlates, de ronces dont les rejets brunis et courbés portent des feuilles et des fruits magnifiques. Tout fourmille d’abeilles et d’oiseaux : les essaims et les nids arrêtent les enfants à chaque pas. Le myrte et le laurier croissent en pleine terre ; la figue mûrit comme en Provence. Chaque pommier, avec ses roses carminées, ressemble à un gros bouquet de fiancées de village. »

Tous ces mots précis et magnifiques ouvrent les yeux sur les êtres qui nous entourent, qui font la beauté du monde et qui sont menacés de disparition. Les transmettre aux enfants, c’est leur donner les moyens de résister à la novlangue des « écosystèmes » ou de la « biodiversité », qui endort leur sensibilité alors même qu’elle prétend les rendre sensibles à l’urgence. Ainsi, l’écologie pourrait être autre chose que ce qu’elle est aujourd’hui : un prêch

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Octobre 2019 - Causeur #72

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite