Le gouvernement fait mine de réfléchir à une politique nouvelle de quotas des immigrés. Il pourrait aussi rendre plus difficile l’accès aux soins médicaux ou à la naturalisation. Nous soulignons ici que la France doit surtout sortir de l’âge identitaire qui lui va si mal au teint


La France est un chouette pays! On peut y résider, y travailler, y payer ses impôts depuis dix ans sans en manier couramment la langue ni s’y sentir attaché, l’âme restée « au pays » tel un exilé. C’est un fait. Pointer du doigt les acteurs de cette sorte d’exil économique à durée indéterminée est moralement condamnable: chacun de nous agissant par pragmatisme, n’est-il pas logique de se tourner vers la société qui offre le plus de confort ?

En revanche, il faut sérieusement questionner cette vision économique d’un pays assimilé à une entreprise multinationale, qui est distillée par notre gouvernement et qui aboutit à un multiculturalisme de fait. Dans le meilleur des cas, cela se traduit par des métropoles aux allures de centres commerciaux où chacun, guidé par ses papilles, peut flâner où bon lui semble. Nos palais peuvent se délecter de saveurs vietnamiennes, libanaises, italiennes, turques, japonaises, indiennes, sénégalaises, chinoises, marocaines, vegan, sans gluten ou que sais-je. Il y en a pour tous les goûts. Formidable.

Le règne du « narcissisme des petites différences »

Dans nos grandes villes, le règne du « narcissisme des petites différences » (comme disait Freud) est bien ancré. « Regardez comme je suis différent! » semblent dire les « citoyens du monde », certains arborant valises à roulettes, plus attachés aux grandes métropoles mondiales qu’aux terroirs français. Dans nos grandes villes, chaque teinte de la toile multiculturelle reste homogène, le métissage ethnique reste timide. Le grand brassage culturel rêvé par Léopold Sédar Senghor n’aura pas lieu en France. Il ne s’agit là que de la partie émergée du tableau. Le grand risque à terme, nul ne sait exactement quand, c’est la balkanisation de la société. Avec l’aide des émissaires de l’assignation à résidence identitaire, ce processus suit tranquillement son chemin.

A lire aussi: Lettre d’Arno Klarsfeld pour Emmanuel Macron

Notre gouvernement part en croisade contre l’immigration. Entre sept et huit Français sur dix étant inquiets par le phénomène, cette posture peut sembler salutaire. Mais sous le vernis prétendument « sans naïveté » du discours d’Edouard Philippe à l’Assemblée, on glisse sous le tapis un problème crucial: l’intégration. Prenons nos terroristes islamistes les plus tristement célèbres: Mohamed Merah est né à Toulouse, les frères Kouachi sont nés à Paris, Amedy Coulibaly est né à Juvisy-sur-Orge, Rachid Kassim est né à Roanne… Mickaël Harpon est né à Fort-de-France. Tous ont eu la haine de la France, ce pays qui les a instruits, soignés et à qui ils devaient tant. Ils auraient dû vouloir la servir, ils ont voulu l’assassiner. Ils sont le résultat de trente années de piétinement de nos valeurs et de notre identité. Une nation qui se dénigre est incapable de se faire respecter. Une nation qui nie sa propre culture est incapable de se faire aimer. En janvier 2010, en visite à la Courneuve, Eric Besson avait déclaré: « La France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion, c’est un conglomérat de peuples qui veulent vivre ensemble ». En 2017, Emmanuel Macron portait le coup fatal en déclarant à Lyon qu’ « il n’y a pas de culture française. Il y a une culture en France. Elle est diverse ». Le Canada mis à part, quel autre pays est-il capable d’énoncer de telles âneries, bien plus lourdes de conséquences qu’elles n’y paraissent?

Les radicaux raflent la mise

La diversité, parlons en.

Si la diversité était vraiment une valeur en soi, aurions-nous tant besoin de créer des ponts entre les différentes identités ? Notre pays est miné par les fractures identitaires. L’encouragement à leur exacerbation, le règne des « prides » et des « origines » en tout genre nous a menés à cette montée des tensions. La communication actuelle sur l’immigration du gouvernement d’Emmanuel Macron  – lequel nous disait il y a encore quelques mois en substance que les migrants étaient un don du ciel pour triompher du vieillissement de la population – n’a donc pas beaucoup d’importance, tant qu’il continuera à se soucier de l’intégration comme de sa dernière communion. Le problème est en nous. Notre société est atomisée, divisée, presque paranoïaque, minée par des questions identitaires que nous n’avons pas choisies mais que nous subissons quotidiennement. Le fameux « vivre-ensemble » est un concept qui ne veut plus rien dire tant il a été galvaudé par souci de préserver les Français du racisme.

A lire aussi: Et soudain, Macron a parlé « d’un islam qui veut faire sécession »

Tandis que le multiculturalisme à la française prend l’allure d’une vaste étagère sur le point de s’effondrer, la peur gagne du terrain, le désir de remettre de l’ordre aussi. Depuis 25 ans, le Front National ne cesse de progresser. De leur côté, les islamistes attendent patiemment de rafler le jackpot, quand la société aura décidé que l’ordre vaut bien le sacrifice de nos libertés. Un scénario à la Soumission de Michel Houellebecq n’est pas complètement farfelu. Depuis des années, la gauche libérale joue avec les identités. Or, quand on joue trop longtemps avec le feu, on se brûle. Il est donc grand temps de combattre ces positionnements identitaires, qu’ils soient fondés sur des bases ethniques, religieuses, culturelles ou d’orientations sexuelles. Il est grand temps de réhabiliter le concept de nation, qui n’a rien de réactionnaire, contrairement à ce qu’insinue jour après jour cette même gauche libérale qui se réclame des Lumières. Cette nation à un nom tout simple, elle s’appelle la République française.

Les identitaires en tout genre ont pignon sur rue et bien des entrées dans les médias. La tâche sera rude pour réhabiliter la seule identité à même de nous réunir tous sans distinction : l’identité française. Elle n’est cependant pas impossible, à condition de monter au front. « Impossible n’est pas français », aurait dit Napoléon Ier. À nous de le démontrer.

Lire la suite