Dans A la première personne, Alain Finkielkraut prolonge le mouvement intellectuel qui l’anime depuis toujours. Sans jamais céder à l’imprécation, l’académicien y explore notamment les ressorts de la diabolisation d’Israël.


Alain Finkielkraut a tort de s’inquiéter, son dernier livre ne traduit pas une inflexion égotiste de son œuvre, il prolonge le mouvement qui l’anime depuis l’origine, cet aller-vers-le-monde, cette rencontre avec « le vrai du réel », à mains nues et à voix haute, libre et grave. J’ai toujours eu une admiration inquiète pour le tranquille courage avec lequel il se porte vers la brèche, sans provocation, mais parfois sans prudence – sans du moins ce qu’une tradition qui m’est chère appelle la prudence –, pour le naturel avec lequel il s’expose. Je lui en ai parfois voulu de s’offrir aux coups d’adversaires, ou plutôt d’ennemis, qui ne s’adressaient à lui que pour l’humilier, et auxquels il répondait comme s’ils cherchaient encore avec lui le vrai et le juste. De fait, par des voies et pour des raisons qui m’échappent, mais qui n’annoncent rien de bon pour notre pays, il est devenu pour une partie non négligeable de l’opinion qui fait l’opinion, non pas celui que l’on aime détester, mais celui que l’on déteste vraiment, profondément, méchamment. Il a reçu cet étrange couronnement, il est l’objet d’une élection de haine.

La voix de la France

Dans l’affaissement, l’affadissement, parfois le renoncement de presque toutes les forces spirituelles de la France, il a plus constamment, plus énergiquement et plus efficacement que quiconque contribué à maintenir cette électricité intellectuelle qui faisait naguère encore notre fierté. Combien d’auteurs, de chercheurs, de tous âges, de toutes orientations, lui doivent, et à lui seul, d’avoir pu parler de leur travail, librement et longuement, dans cette émission de France Culture qui est écoutée avec ferveur aux quatre coins du monde ! À un ami américain, qui enseigne la philosophie politique dans les Rocheuses, elle apporte chaque samedi, me disait-il, « la voix de la France » – la voix médiatrice de la France, ajouterai-je. Cela à un moment où l’université française, y compris les « grands établissements », a pris à tâche de parler anglais ou plutôt globish.

Je m’interroge sur les ressorts d’une ardeur qu’aucun obstacle ne décourage. Je trouve cette réponse après quelques pages : « Rien ne me remplit d’être, rien ne me protège, rien ne me rassure, rien ne vient combler le néant qu’aujourd’hui je suis. » Cette phrase décisive se trouve au début du chapitre II, intitulé « L’interminable question juive ». Certainement, « être juif » n’est pas un « néant d’être ». Bruno Karsenti a récemment attiré l’attention sur la distinction que faisait Franz Rosenzweig entre « être juif » (ou « chrétien ») et « être allemand » (ou « français ») : « être juif », comme « être chrétien », inclut en principe une détermination de tout l’être et a donc un caractère « illimité », tandis qu’« être allemand » ou « être français », ou en général citoyen d’une nation, n’inclut qu’une particularisation limitée du fait d’être homme. La mise en forme nationale, si j’ose dire, du peuple juif par l’État d’Israël signifie-t-elle alors une consolidation de l’être juif, ou plutôt un rétrécissement ?

A lire aussi : Alain Finkielkraut se réjouit de l’accueil réservé à « A la première personne »

Le retour si choquant, si imprévu, de l’antisémitisme, la transformation, par une opinion très virulente, de l’État protecteur et gardien des persécutés en État persécuteur par excellence, la mise entre parenthèses de la Shoah au motif qu’elle fournirait aujourd’hui une justification aux déprédations de l’État israélien, bref la « nazification » du sionisme, tous ces développements fendent l’âme et le cœur d’Alain Finkielkraut, qui ne cède pourtant ni à l’indignation ni à l’imprécation. Il veut comprendre. Il rappelle justement que cette criminalisation d’Israël renoue « avec un très vieil anathème : la malédiction du Juif charnel confiné dans son égoïsme tribal ». (p. 38) La perspective longue nous aide à échapper à l’enfermement polémique : Alain Finkielkraut nous rappelle utilement le nom et les idées du vieil hérésiarque Marcio

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Novembre 2019 - Causeur #73

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite