Les statues ne leur suffisent pas: les nouveaux inquisiteurs veulent régimenter la manière dont les écrivains blancs évoquent dans leurs oeuvres les personnages « racisés ». Ils n’hésitent pas à dénoncer publiquement les artistes contrevenants. Il ne s’agit plus seulement de réécrire l’histoire, mais de réécrire les histoires. 


Nous sommes tous coupables. Le « nous » se rapporte d’évidence à « nous, les Blancs », descendants des colonisateurs et des esclavagistes, tous que nous sommes. Car même ceux à qui toute idée de suprématie blanche fait, à juste titre, hérisser les cheveux sur la tête parcourent sans broncher les rues qui portent le nom de Colbert et envoient leurs enfants dans des écoles qui honorent Jules Ferry, honteux défenseur de la colonisation, et accessoirement promoteur de l’instruction laïque, gratuite et obligatoire, dont sembleraient profiter de nos jours également d’anciens colonisés. Quoiqu’« anciens colonisés » recèle un abus raciste de langage dans la mesure où on peut naître femme et mourir homme, mais « colonisé » on naît et on reste jusqu’au jour du Jugement dernier, et même au-delà.

D’ailleurs, en tant que femme blanche, ma légitimité à traiter le sujet paraît très fragile. En avril dernier, la communauté afro-américaine a exigé la destruction de la toile Open Casket de l’artiste blanche Dana Schutz, représentant un adolescent noir tué par des suprématistes blancs en 1955, argumentant qu’il s’agit d’un drame que « les Blancs ne devraient pas se permettre de représenter », parce qu’ils « ignorent la souffrance des victimes noires ». Il y aurait alors le deuil blanc et le deuil noir, la mort blanche et la mort noire, l’empathie blanche et l’empathie noire. Pourquoi donc jouer à la mixité, bien que le concept ait de quoi séduire par son irénisme ? En outre, si les Blancs ne comprennent rien à la souffrance des Noirs, comment comprendraient-ils quoi que ce soit aux œuvres d’art produites par les Noirs ? Autant interdire d’emblée au public blanc l’accès à la « culture noire ». Les risques de mésinterprétation seraient ainsi écartés.

« Il faut décoloniser l’espace, il faut décoloniser l’esprit ! »

La brillante initiative du présentateur à RFI, Claudy Siar, qui entend inciter les « États nés du crime colonial » à adopter des lois « qualifiant la colonisation de crime contre l’humanité » répond au même diagnostic d’insensibilité endémique des Blancs à l’égard des Noirs. « Pourquoi faudrait-il que la notion de crime contre l’humanité soit juridiquement définie par les anciennes puissances colonialistes ? », s’insurge M. Siar. Il est vrai que, jusqu’à présent, les pays concernés ont ignoré son appel. Ce qui est, d’après le journaliste, particulièrement grave, car la France continue à maintenir les pays d’Afrique francophones dans la misère et dans la dépendance économique à travers le franc CFA, qui les « prive d’une souveraineté économique, d’un réel développement, d’une industrialisation, de politiques publiques efficaces ». C’est simple. Une fois le franc CFA remplacé par des monnaies locales, la famille Bongo rendra au pays ce qu’elle a volé, Paul Biya vendra ses châteaux en France pour construire des hôpitaux au Cameroun, et Sassou-Nguesso se roulera dans la poussière en demandant pardon. Si, de surcroît, les Blancs effaçaient le nom de Colbert de l’espace p

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Octobre 2017 - #50

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite