La guerre des prénoms fait rage, la Bretagne est l’un de ses champs de bataille.


La Bretagne cultive l’art de la clandestinité jusque dans son calendrier des saints. Quand toute la France fête les Cyrille le 18 mars, la Bretagne célèbre également les Derwell. Cette sainteté parallèle a donné des prénoms locaux tels que Matao (Mathurin), Katell (Catherine) ou Nann (Anne). Certains sont d’ailleurs notés comme prénoms usuels sur les cartes d’identité. C’est ici que commence le drame. Depuis trois ans, le cas d’un petit Fañch né à la maternité de Quimper a entraîné un psychodrame juridico-administratif.

A lire aussi: Brest: quand LREM dénonce le sexisme pissotier

Ainsi prénommé en raison du nom de son arrière-grand-père, Fañch possède un tilde (~) sur le n qui permet de distinguer le son « âne » du son « dent ». Or, le tilde ne figure pas sur la l

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Mars 2020 - Causeur #77

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite