Quantcast
Home Édition Abonné Marine Le Pen en Guadeloupe: ah, les lâches!


Marine Le Pen en Guadeloupe: ah, les lâches!

Des pitres qui tombent à point...

Marine Le Pen en Guadeloupe: ah, les lâches!
Deplacement de Marine Le Pen en Guadeloupe, 26 mars 2022 © MOREL.Gilles / SIMAX / SIPA

La candidate du Rassemblement national a vu son déplacement dans l’île chahuté par quelques opposants indépendantistes d’extrême gauche… Une vingtaine de militants ont fait irruption pendant un entretien avec des journalistes, samedi soir, et l’ont interrompu sous les cris de “Raciste !”


Ce qui s’est passé en Guadeloupe est une honte démocratique. Une vingtaine de militants d’extrême gauche s’en sont pris à Marine Le Pen. Elle a été violemment bousculée et a dû être évacuée. Il convient de rapprocher cet épisode choquant des agressions, intimidations, jets de projectiles, dont Eric Zemmour, ses soutiens et ses militants ont été régulièrement victimes ces derniers temps. La violence est donc partagée à l’encontre de ces deux personnalités et amèrement on constate que la parité est respectée.

Il faut dénoncer toutes les violences dans cette campagne!

Ne votant demain ni pour l’une ni pour l’autre, on ne peut me suspecter de m’indigner seulement de manière intéressée. Dès que j’ai pris connaissance de cette déplorable péripétie à l’encontre de Marine Le Pen, je l’ai dénoncée sur mon compte Twitter et sur TikTok en ajoutant qu’évidemment la macronie se taisait et qu’Emmanuel Macron ne réagissait pas, ligoté par sa posture de candidat. Mais je fais amende honorable, j’ai eu totalement tort.

Ce qui montre bien la validité d’un précédent article où je soutenais que le président-candidat n’offrait pas à ses opposants le grand avantage d’être médiocre. En effet, avec un certain retard – j’admets qu’il a aussi d’autres sujets de préoccupation -, il est intervenu sur France 3 pour condamner “toute forme de violence en politique”, ajoutant “je combats les idées de Marine Le Pen, mais avec respect” et qu’il faudra “des clarifications et que la justice passe”. Il a sauvé l’honneur de la classe politique dont il fait partie car je n’ai entendu personne d’autre sur ce même registre. Ce propos qu’il a tenu et donne sur ce plan une belle image de lui rend d’autant plus odieux les cris de “Macron assassin” proférés au meeting du Trocadéro par des soutiens d’Eric Zemmour. Il devrait y avoir des limites à l’esprit partisan !

L’autre abstention

Chacun des autres candidats, enkysté, englué dans sa seule cause, s’est montré incapable, sans doute secrètement réjoui, de dire ce qui convenait et de dépasser l’intérêt immédiat de sa campagne au profit d’une attitude républicaine. Face à ces abstentions, je ne peux m’empêcher de penser que pour certains il y a presque une forme de normalité dans les violences commises au détriment d’un camp qu’ils qualifient paresseusement d’extrême droite. En effet, ce n’est pas d’aujourd’hui que l’ultradroite, dans ses débordements, est stigmatisée et condamnée sur-le-champ quand l’ultragauche est souvent comprise, traitée en tout cas avec une infinie indulgence. Comme si l’esprit révolutionnaire et les pulsions affichées progressistes bénéficiaient par principe d’une sorte de complaisance aussi bien politique que médiatique.

La lâcheté de cette minorité d’extrême gauche guadeloupéenne paraissant fière d’elle pour des procédés qui devraient la disqualifier, me remet en mémoire un fait divers en 1997 à Mantes-la-Jolie, où Jean-Marie Le Pen, à la suite d’une bousculade mal éclaircie avec la député-maire Annette Peulvast-Bergeal, s’était vu unanimement honni entre autres parce que sa victime était une femme. Les temps ont changé et la courtoisie républicaine s’est délitée.

Nouveau monde

On va me répliquer que je suis naïf, qu’il est vain de croire qu’on pourra revenir en arrière, dans ces temps où la vigueur des mots suffisait et où l’affrontement se contentait des antagonismes des esprits et des argumentations.

J’assume cet espoir, qui n’est peut-être pas qu’une illusion, d’un monde politique qui saura faire revenir les citoyens vers lui parce qu’il leur aura donné, fond et forme compris, promesses tenues, sincérités acquises, la certitude d’une authentique nouvelle ère. Et je rends grâce à Emmanuel Macron qui, fuyant pourtant le débat, a su proférer ce qu’on attendait de sa haute fonction avant le premier tour de l’élection présidentielle. Mais quels lâches en Guadeloupe !

Libres propos d'un inclassable

Price: 12,50 €

4 used & new available from 12,49 €


Previous article Aux Oscars Will Smith a frappé Chris Rock
Next article Pour TF1, Jacquouille vaut bien une élection
Magistrat honoraire, président de l'Institut de la parole, chroniqueur à CNews et à Sud Radio.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération