Quantcast
Home Édition Abonné Pour TF1, Jacquouille vaut bien une élection


Pour TF1, Jacquouille vaut bien une élection

2022: pas de « temps de cerveau disponible »

Pour TF1, Jacquouille vaut bien une élection
Christian Clavier dans le film Les Visiteurs en 1993, le premier de la série © REX FEATURES/SIPA

En programmant « les Visiteurs » en prime time le soir du premier tour des élections présidentielles et en privant ses téléspectateurs d’une soirée électorale intégrale, TF1 envoie un message subliminal qui ne peut que renforcer l’abstention. Pour la première chaîne, les élections sont finalement des pièges à cons et comme celle-là est pliée d’avance, alors autant laisser la place au rire. Votez, oubliez et allez-vous marrer!


Les politologues, les sondeurs médiatiques, les propagandistes de la macronie et les seconds couteaux des partis politiques concurrents seront priés de quitter le plateau de TF1 à 21h30 le 10 avril !

Autant donner aux téléspectateurs une vraie comédie qui remplace la mascarade politique. Voilà ce que dit en vérité la chaîne.

La première chaîne de France et d’Europe a donc annoncé que sa soirée électorale aura une durée limitée de trois heures et se déroulera de 18h30 à 21h30 seulement. Après, place au divertissement avec la diffusion de la comédie culte des années 90 signée Jean-Marie Poiré, « les Visiteurs ». Ce sont les gamins qui vont être contents !

Un film que tout le monde a déjà vu plusieurs fois

Ainsi, dans des millions de foyers, le soir du premier tour, au lieu d’assister aux habituelles passes d’armes entre adversaires politiques, on entendra hurler Jacquouille La Fripouille « Messire, messire, pouah ça puire ! », « Okayyyy ! », ou encore « merci la gueuse, tu es un laideron mais tu es bien bonne », toutes ces répliques que tout le monde connaît par cœur. Il faut dire que le film a été diffusé plus de 27 fois. Alors une de plus, ça ne peut pas faire de mal – sauf peut-être pour l’originalité des programmes. Peu importe, ce qui compte c’est que les rires fassent oublier les résultats et que le puéril amusement détrône l’importance du moment.

A lire aussi : Macron sur TF1, c’était de la télé-réalité!

« En tant que chaîne leader, nous considérons que dans la partie chaude d’une heure et demie on peut avoir donné l’intégralité des faits, des résultats, des réactions, des commentaires », a expliqué cette semaine Thierry Thuillier, le directeur général adjoint du pôle information de TF1 en guise de défense pour désamorcer les éventuelles critiques. Autrement dit, pour Thierry Thuillier, le choix du destin d’une nation ne mérite pas de passer toute la nuit à analyser les résultats et à débattre des futurs ralliements stratégiques, du niveau de l’abstention (annoncé comme historique) et des reports de voix décisifs. Exit, la tradition des soirées électorales qui s’éternisent jusqu’à pas d’heure et qui rendent palpable une certaine identité française pour la passion du débat politique.

Evolution des usages et des attentes

Thierry Thuillier pratiquerait la culture de l’effacement ? Peut-être, en tout cas, l’élève ne fait que dépasser le maître puisqu’il ne fait que s’inscrire dans la droite ligne de son illustre prédécesseur, Patrick Le Lay connu pour sa déclaration à la véracité aussi fracassante que déconcertante selon laquelle TF1 vendait du « temps de cerveau disponible » à Coca-Cola et autres annonceurs multinationaux.

Pour Thuillier, le temps de cerveau disponible du citoyen téléspectateur après les résultats de 20 heures est de 1h 30 minutes et l’agora est un show de courte durée où il s’agit de bombarder les scores des candidats, d’enchainer deux ou trois punchlines et un fact checking à la vitesse d’une story sur Instagram.  

A lire aussi : Macron à Poissy, le débat Potemkine

 « La chaîne de télévision justifie cette décision par une évolution des usages et des attentes, face à la multiplication de l’offre notamment sur les chaînes d’information. Les aficionados de la politique pourront d’ailleurs continuer de voir la suite de la soirée électorale à partir de 21 h 30 sur LCI » écrivent les Echos. Ceux qui ne sont pas contents n’auront qu’à zapper sur LCI, c’est l’autre bonne excuse donnée à la tour TF1 de Boulogne-Billancourt. Mais derrière ce discours marketing bien rodé se cache peut-être une autre raison qui motive la chaine à écourter la soirée électorale : « Il y a moins de suspense qu’en 2017 » murmure-t-on dans les couloirs de TF1. Cet aveu déconcertant envoie un message subliminal terrible aux électeurs.

Pour TF1, les dés sont pipés : le duel annoncé depuis des mois aura bien lieu, Macron vs Le Pen et Macron sera automatiquement réélu. Alors, pourquoi subir une comédie surjouée où les éléments de langage habituels seront déversés, ponctués d’invectives, où les reductio ad hitelrum pleuvront et le cordon sanitaire face à un péril fasciste fantasmé sera encore une fois agité ? Autant donner aux téléspectateurs une vraie comédie qui remplace la mascarade politique. Voilà ce que dit en vérité la chaîne. Alors si votre cerveau souhaite un véritable débat au soir du premier tour, prenez votre télécommande et zappez, ou rendez-vous sur les réseaux sociaux ! Okayy ?


Previous article Marine Le Pen en Guadeloupe: ah, les lâches!
Next article Dans les travées du meeting parisien de Zemmour, qui entend encore créer la “surprise”

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération