Les Sept mercenaires (The Magnificent Seven) de John Sturges (1960) n’est-il pas le dernier western de facture traditionnelle?


Ce film reprend la trame narrative du chef-d’œuvre Les Sept samouraïs tourné par Akira Kurosawa en 1955. Le film du cinéaste japonais contait la lutte d’un village de paysans pauvres, aidé par sept guerriers aguerris, des samouraïs, hantés par leur désir de mourir pour se racheter de leur conduite passée, contre une horde de bandits malfaisants.

Humaniste et mélancolique

La version de John Sturges transpose ce récit très oriental dans un Far West magnifié par les superbes paysages mexicains, secs et solaires, filmés en cinémascope par l’excellent chef-opérateur Charles Lang Jr.. Les sept mercenaires sont recrutés par trois paysans mexicains dont le village est sans cesse rançonné par une bande de hors-la-loi menée par un chef cruel. Si le film, parfois décrié, semble dans l’esprit de nombreux critiques et de cinéphiles moins inspiré que son modèle, il a néanmoins reçu un accueil public considérable et selon moi justifié (sept millions d’entrées rien qu’en France à sa sortie en 1961). II s’avère de fait un très beau remake où le choix de la justice, le sens du devoir et de l’honneur donnent aux parcours de ces sept hommes (qui payent cher leurs choix) une grande force humaniste teintée de mélancolie.

À lire aussi: Les années Bronson

Ce western crépusculaire se laisse voir et revoir avec un immense plaisir, car c’est un film dont il faut souligner la beauté, l’élégance et l’efficacité de la mise en scène de John Sturges, cinéaste qui signa les superbes Fort Bravo (Escape from Fort Bravo 1953), son chef-d’œuvre, Un homme est passé (Bad Day at Black Rock 1954), Règlements de comptes à OK Corral (Gunfight at the O.K. Corral 1957) et Le Dernier train de Gun Hill (Last Train from Gun Hill 1958), entre autres.

Les mercenaires fraternels

La force et l’émotion de l’œuvre sont dues au talent émérite des huit grands acteurs qui in

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite