Le temps d’un sketch pourtant bien inoffensif, la star du web est propulsée dans les affres de la fachosphère. Et comme il a eu la mauvaise idée de s’excuser, la cabale continue…


Connaissiez-vous Norman Thavaud ? Moi non. Depuis lundi, ce jeune humoriste subit l’opprobre des antiracistes 2.0. En cause, quelques mots ironisant sur le fait que le prochain James Bond serait incarné par une femme noire: « Est-ce qu’on n’est pas allé trop loin dans la lutte contre le racisme ? My name is Bond, Fatoumata Bond », a-t-il lâché lors d’une représentation, suscitant l’hilarité de la salle – sans doute pas uniquement composée de riches mâles blancs hétérosexuels. 

Il n’en a pas fallu plus pour que le sang de la chanteuse Yseult ne fît qu’un tour. Qui est Yseult? Sur sa page Wikipédia, Yseult s’est présentée en « auteure-compositrice-interprète ». J’ignore si elle a lu Tristan et Yseult. Sur Twitter, elle est notamment « suivie » par Anne Hidalgo. Quand elle n’exprime pas sa sensibilité derrière un micro, Yseult se sert des réseaux sociaux. « Commentaire raciste, misogyne en toute impunité », s’est-elle indignée dans un tweet. 

Dans la foulée, le rouleau compresseur indigéniste de Décolonisons-nous a jeté l’humoriste en pâture à une foule d’antiracistes 2.0 chevronnés sur Instagram: « Comme il le dit très bien dans son spectacle, il n’est qu’un Youtubeur qui parle des « toilettes et des moustiques », et c’est peut-être pas plus mal qu’il s’y limite », a laborieusement rédigé une plume de cet obscur compte, baignant visiblement dans la rhétorique des cours de récré. 

A lire aussi: Les progressistes s’attaquent à James Bond

C’est sur le même réseau « social », vêtu d’un sweat-shirt rose – aurait-il l’intentio

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Alexis Brunet
est professeur.
Lire la suite