Home Médias Norman Thavaud, facho?


Norman Thavaud, facho?

Fatoumata Lives Matter!

Norman Thavaud, facho?
L'humoriste Norman © JOEL SAGET / AFP.

Le temps d’un sketch pourtant bien inoffensif, la star du web est propulsée dans les affres de la fachosphère. Et comme il a eu la mauvaise idée de s’excuser, la cabale continue…


Connaissiez-vous Norman Thavaud ? Moi non. Depuis lundi, ce jeune humoriste subit l’opprobre des antiracistes 2.0. En cause, quelques mots ironisant sur le fait que le prochain James Bond serait incarné par une femme noire: « Est-ce qu’on n’est pas allé trop loin dans la lutte contre le racisme ? My name is Bond, Fatoumata Bond », a-t-il lâché lors d’une représentation, suscitant l’hilarité de la salle – sans doute pas uniquement composée de riches mâles blancs hétérosexuels. 

Il n’en a pas fallu plus pour que le sang de la chanteuse Yseult ne fît qu’un tour. Qui est Yseult? Sur sa page Wikipédia, Yseult s’est présentée en « auteure-compositrice-interprète ». J’ignore si elle a lu Tristan et Yseult. Sur Twitter, elle est notamment « suivie » par Anne Hidalgo. Quand elle n’exprime pas sa sensibilité derrière un micro, Yseult se sert des réseaux sociaux. « Commentaire raciste, misogyne en toute impunité », s’est-elle indignée dans un tweet. 

Dans la foulée, le rouleau compresseur indigéniste de Décolonisons-nous a jeté l’humoriste en pâture à une foule d’antiracistes 2.0 chevronnés sur Instagram: « Comme il le dit très bien dans son spectacle, il n’est qu’un Youtubeur qui parle des « toilettes et des moustiques », et c’est peut-être pas plus mal qu’il s’y limite », a laborieusement rédigé une plume de cet obscur compte, baignant visiblement dans la rhétorique des cours de récré. 

A lire aussi: Les progressistes s’attaquent à James Bond

C’est sur le même réseau « social », vêtu d’un sweat-shirt rose – aurait-il l’intention de se moquer des LGBT pour aggraver son cas? –  que le trentenaire à la moustache adolescente a entamé son chemin de pénitence: « Les ptits bro’, je tiens sincèrement à m’excuser », a-t-il assuré avec contrition auprès de son public, très jeune à l’en croire. « Je n’ai jamais voulu me moquer du prénom Fatoumata, je voulais parler des studios américains qui parfois se la jouent antiracistes de façade », a-t-il alors argué, avant d’ajouter un poil désabusé: « Dans mon spectacle, je parle du privilège blanc, je parle de la culpabilité blanche, je parle de mes potes rebeus qui passent leur temps à se faire contrôler ». 

Cette confession suffira-t-elle à faire verser une larme à ses matamores ? Rien n’est moins sûr. Un bourreau anonyme officiant sous le pseudo Valek a éructé de joie sur Twitter: « Va falloir raquer maintenant […] continue de parler de privilège blanc dans ton spectacle maintenant, sans couilles ». En capitulant face aux admonestations des militants antiracistes, Norman Thavaud pourrait en effet avoir aggravé son cas. 

Le brasier va-t-il continuer à s’étendre ou enfin se tarir? Toujours à la pointe sur ces questions, nos confrères de Libération rappellent que « Fatoumata et Fatim tirent leur origine du prénom Fatima, l’une des filles du prophète Mohamed dans la religion musulmane. » Mince, espérons que Norman Thavaud échappe aux accusations d’islamo-phobie… Telle une grâce tombée du ciel, l’humoriste Elie Semoun a volé à son secours: « Quand il y a des scandales de ce type, on ne veut pas te nuire, on veut te tuer. Vive l’humour, vive l’anticonformisme ! », s’est-t-il enflammé sur Instagram. Cela suffira-t-il? Dans son élan, succombant visiblement à une pointe de folie, Semoun a affiché une ancienne photo de lui et de Dieudonné habillé en soldat SS, ajoutant qu’« à l’époque, personne ne nous faisait de procès d’intention ». En effet, si Dieudonné se moquait du sort des Juifs dans les chambres à gaz, l’affaire bien innocente de Norman n’a fait que révéler le caractère ubuesque qui imbibe désormais le discours d’une part non négligeable de militants en peau de lapin.

A lire ensuite: Immigration, féminisme, écologie: le manuel de la bonne pensée


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Le Sacré-Cœur: monument hystérique
Next article “Les Sept mercenaires”, dernier western classique
Enseignant

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération