Home Culture Notre belle famille


Notre belle famille

Mathieu Kassovitz est de toutes les justes causes

Notre belle famille
© David Humbert / Hans Lucas / AFP

Mathieu Kassovitz: “Il y aurait un film à faire sur l’histoire d’Assa Traoré, la sœur d’Adama…”


Théories fumeuses sur le 11-Septembre, soutien pavlovien à Macron, insulte aux flics : dès qu’il y a une énormité à sortir, on peut compter sur Mathieu Kassovitz. Sa dernière trouvaille : tombé sous le charme d’Assa Traoré, sœur du délinquant prétendu victime de la gendarmerie, l’enfant du cinéma souhaite rendre hommage au combat d’une si vertueuse famille. « Il y aurait un film à faire sur l’histoire d’Assa Traoré, la sœur d’Adama, son combat, la violence étatique autour de cette histoire, le manque d’éthique et de respect pour les gens qui souffrent… » a déclaré l’acteur-réalisateur au Parisien.

« Éthique », « respect », voici des concepts qui collent parfaitement à l’échelle des valeurs de la famille (polygame) Traoré, dont Kassovitz est devenu l’un des plus zélés soutiens. Avec d’autres rescapés des quartiers sensibles – Yannick Noah, Camélia Jordana, Éric Cantona.

A lire ensuite: Azzedine Taïbi, le maire PCF de Stains menacé de mort

Assa Traoré donne une conférence de presse devant la mairie de Beaumont-sur-Oise -Val-d'Oise) lors d'un rassemblement en mémoire de son frère décédé lors d'une interpellation, 20 novembre 2016. © Julien Pitinome/NurPhoto
Assa Traoré donne une conférence de presse devant la mairie de Beaumont-sur-Oise -Val-d’Oise) lors d’un rassemblement en mémoire de son frère décédé lors d’une interpellation, 20 novembre 2016.
© Julien Pitinome/NurPhoto

 

A lire aussi: La vérité sur l’affaire Adama Traoré

Au mitan des années 1990, Kassovitz avait réalisé La Haine en mettant à l’écran un autre jeune homme bien né, Vincent Cassel. Tous deux découvraient la banlieue et ses tensions avant de rentrer le soir dans un appartement à digicode. La crédibilité du film fut sauvée des grimaces de Cassel par Saïd Taghmaoui et Hubert Koundé qui savaient de quoi ils parlaient.

Vingt-cinq ans plus tard, le camarade Kassovitz s’est peut-être déjà mis en quête d’une actrice échevelée pour incarner la passionaria Traoré. Histoire de faire réellement connaissance avec le clan, on pourrait lui suggérer d’embaucher l’un des frères Traoré comme comptable. À propos de famille, le fils du réalisateur Peter Kassovitz devrait méditer le refrain du chanteur Renaud : « Camarade bourgeois, camarade fils à papa, regarde-toi ah ah ah ! »

Septembre 2020 – Causeur #82

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article Crise sanitaire ou crise d’acuité?
Next article Audiovisuel public: la grande méfiance des chercheurs

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération