La formulation d’« identité nationale » partait d’une bonne intention, s’il s’agissait de réveiller en France un sentiment national − qui n’est pas seulement perturbé par les fantasmes dus à l’immigration, mais bien autant, sinon plus, par l’américanisation de l’Europe dans son ensemble et de la France en particulier. Cependant, le mode opératoire de l’enquête (les préfets) n’était pas très heureux et devait, de toute évidence, inquiéter quelques âmes sensibles de la gauche tartuffiante.

Si la notion d’identité crée un malaise ou une méfiance, c’est sans doute qu’elle est perverse, non par nature mais par l’ambiguïté de son usage : nul, hélas, ne mettait en doute l’identité des déportés du Vel d’Hiv. Il ne s’agissait pas alors de revendiquer une identité menacée, par réflexe de légitime défense, mais de la subir par oppression.

Jean-Marie Domenach a pu écrire avec pertinence : « Identité est un mot détestable ; son étymologie (idem) laisse croire qu’il existe au principe de la nation un socle immuable qui nous définit et nous oblige à nous identifier à lui, comme si, au-delà des siècles, nous pouvions entrer dans la peau et dans l’esprit de ceux qui, sans le savoir, forgeaient cette identité. Michelet disait personnalité et il avait raison, car une personne n’existe qu’en mouvement, par un constant travail de soi sur soi et par la façon dont elle se nourrit d’autrui. Rien n’est plus contraire à cette histoire de la France que cette conception identitaire, alors qu’elle fut, le plus souvent, missionnaire et assimilatrice.»[1. Regarder la France, éd. Perrin, 1997.] Je sais bien qu’il est aujourd’hui mal vu d’être missionnaire ou assimilateur, et que l’on sait de moins en moins raisonner en histoire selon les critères de chaque époque. Ainsi fut pourtant la République. On peut bien rejeter le passé, ce n’est parfois qu’une ruse pour le reproduire. Notre actuel discours sur les droits de l’homme est-il autre chose qu’une réitération de notre tradition missionnaire et assimilatrice − voire colonisatrice, comme nos brillantes expéditions en Irak, en Afghanistan et en Libye pourraient le suggérer ?

Lire la suite