Home Politique La Ce-non faite à Nadine


La Ce-non faite à Nadine

La Ce-non faite à Nadine

[access capability=”lire_inedits”]

[/access]

Longtemps, les enfants des environs de Rio se découvraient le chef lorsqu’il passait devant une statue, un vitrail ou quelque représentation sacrée de sainte Nadine. [access capability=”lire_inedits”]Elle était considérée comme l’exact inverse du bon roi Dagobert, puisqu’on l’honorait comme patronne des casquettes et des mots à l’endroit. Puis, le temps aidant, ils se mirent à parler verlan et à porter leur casquette à l’envers. Cela inspira à Dario Moreno sa célèbre chanson : “Si tu vas à Rio, n’oublie pas de monter là-haut. Et remets ta casquette, gare à tes rouflaquettes, j’appelle Nadine Morano !”

Philippe de Champaigne, Sainte Nadine à sa table. Peinture de 1644, conservée à la fondation Guy-Carlier.

[/access]

Janvier 2010 · N° 19

Article extrait du Magazine Causeur


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Des vœux et des aveux
Next article Le débat interdit
Raúl Cazals est un critique d'art d'origine cubaine. Très critique avec l'art en général, il prépare une "Historia del Arte en diez lecciones". Il vit en exil à Madrid depuis 1979, où il supporte tant qu'il peut les surfaces.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération