En marge des travaux du métro, Issy-les-Moulineaux doit détruire une salle de prière musulmane. L’occasion de construire une grande mosquée démesurée pour cette petite commune. L’opposition municipale a déposé un recours contre le montage juridique baroque.


Officiellement, il ne se passe rien. Dans le cadre des travaux d’aménagement accompagnant la création des nouvelles lignes de métro du Grand Paris Express, la ville d’Issy-les-Moulineaux (69 000 habitants) remodèle un quartier où s’implantera une nouvelle station, sur la zone d’aménagement concerté Léon-Blum. Il faut détruire un local qui fait office depuis quelques années de mosquée, 103 avenue de Verdun. Un autre local sera construit, 350 mètres plus loin, toujours avenue de Verdun, au n° 135. Début du chantier : automne 2019, inauguration prévue en 2021. Fin de l’histoire.

A lire aussi: Molenbeek, l’arbre qui cache la forêt islamiste

Ou plutôt, début de la polémique. À l’heure actuelle, deux recours ont été déposés contre le projet au tribunal administratif. Le premier, sans surprise, émane de riverains qui s’inquiètent de problèmes de voisinage, en particulier concernant le stationnement. Le second recours est plus inhabituel. Il a été formé par six élus LR de la majorité, dont Martine Vessière, ex-adjointe au protocole, et Paul Subrini, ex-premier adjoint, en guerre ouverte depuis juillet 2017 avec le maire UDI, André Santini. Ce dernier leur reproche d’avoir contribué à la défaite de son poulain aux législatives. Jérémy Coste, 30 ans, avait été balayé par le candidat LREM, Gabriel Attal, élu avec 61 % des suffrages.

Dans cette ambiance propice aux règlements de compte, le projet de mosquée est un dossier en or, tant la ville a multiplié les maladresses. La plus ahurissante est sans doute de ne pas en avoir parlé dans l’enquête d’utilité publique préalable au projet de ZAC Léon-Blum, qui s’est déroulé du 22 mai au 22 juin 2018. Le commissaire enquêteur, Olivier Jacque, a peu apprécié cette négligence. Il l’a fait savoir dans ses conclusions, rendues le 15 juillet : « L’installation d’une salle de prière et d’un centre culturel musulman n’apparaît pas dans le dossier, ce qui a motivé 60 % des observations reçues sur les différents registres, dont une large majorité́ de personnes opposées à cette implantation […]. Les intervenants ont le sentiment d’être mis devant le fait accompli. »

Olivier Jacque a rendu un avis dévastateur sur l’ensemble du projet, pointant « l’absence dans le dossier du projet de salle de prière et de centre culturel musulman », mais aussi « l’actualisation très incomplète » d’un projet esquissé en 2015. La mairie est passée outre. Le permis de construire a été validé en août 2018.

Non-dit et opacité

Le défaut d’actualisation est incompréhensible. Six mois avant l’enquête publique, en décembre 2017, le conseil municipal avait acté la création d’un nouveau lieu de culte musulman, article dans Le Parisien à la clé. La mairie n’avançait donc pas masquée. De là à dire qu’elle a joué franc-jeu… Les délibérations municipales évoquent un « centre culturel Georges-Dumézil », auquel serait adossé un espace d’étude et de prière (à aucun moment le terme « mosquée » n’est employé) avec une salle pour les hommes et une salle pour les femmes, entrée et bibliothèque distinctes selon les sexes. Capacité : 1 000 fidèles. Superficie des lieux de culte : 1 100 m2 (contre 135 m2 pour la salle existante) plus 400 m2 pour le centre George-Dumézil proprement dit. « Nous estimons que la commune compte 4 000 musulmans dont 1 000 à 1 200 pratiquants, plaide Thierry Lefèvre, premier adjoint. Le projet n’est pas surdimensionné. Issy-les-Moulineaux compte plusieurs églises catholiques, deux églises arméniennes, une église maronite, un temple protestant, une synagogue… Po

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Mars 2019 - Causeur #66

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite