Déritualisation de la messe, dialogue irénique avec l’islam, démagogie tiers-mondiste: depuis Vatican II, la papauté tombe dans tous les pièges du monde moderne. Pendant que les églises se vident, Rome décourage les vocations en s’obstinant à refuser le mariage des prêtres. 


Désespérante période pour les catholiques de France ! Pas un seul jour sans que le rouge de la honte nous monte au front en lisant ou écoutant les médias. Et quand ce n’est pas le rouge de la honte, c’est celui de la colère. En bonne théologie classique, un docteur de la foi dirait que nous sommes punis pour nos péchés. Aujourd’hui, situation neuve en deux mille ans de chrétienté, les catholiques sont punis pour les péchés, les erreurs et les lâchetés de l’Église.

Car cette femme qui se traîne sur les pavés de Jérusalem, couverte de crachats et de moqueries, c’est notre mère l’Église, l’épouse du Christ, et nous ne pouvons pas la renier, dire qu’elle ne nous est rien. Mais que Dieu me pardonne, nous n’avons même pas envie de lui tendre un verre d’eau, même pas envie de nettoyer sa face souillée. Parce que nous savons par quelles bêtises et quels aveuglements elle en est arrivée là. Alors impuissants, consternés, nous suivons son calvaire, perdus dans la foule de ses ennemis qui glapissent et ricanent. Y aura-t-il une résurrection après ce Golgotha ? La foi dit oui, mais la raison dit non.

Habemus papam ?

Commençons par le dialogue interreligieux. Le pape François s’est rendu début février à Abu Dhabi pour rencontrer des dignitaires musulmans, dont le cheikh Ahmed Al-Tayeb, de l’université al-Azhar au Caire. Rencontre qui a donné lieu à de belles photos d’embrassades et fait ressentir aux protagonistes leur grande noblesse d’âme. Il serait grand temps de faire le bilan de cette pitrerie baptisée « dialogue interreligieux » qui existe depuis les années 1980. À quoi a-t-il servi ? Strictement à rien. Les chrétiens d’Orient continuent à fuir l’Irak et la Syrie. Asia Bibi ne sait toujours pas si elle pourra quitter le Pakistan ou si elle sera pendue. Seize chrétiens massacrés dans une église de Jolo aux Philippines, les coptes vivant toujours dans la crainte d’un attentat, les chrétiens du Nigeria fuyant vers le sud pour ne pas se faire démembrer à la machette, etc. Fameux bilan pour un fameux dialogue.

A lire aussi: Le pape n’est pas de gauche, il est le pape

L’islam est une religion conquérante qui ne pactise que le temps de la photo, chacun le sait. Chacun sait aussi, mais le pape François semble l’avoir oublié, que l’islam sunnite n’a pas de hiérarchie. Les ordres de paix et de bonne entente négociés avec ses dignitaires ne descendront jamais jusqu’aux fidèles de base. Exemple en France où les imams de Lavaur, Dijon, Nîmes et autres lieux n’ont pas dû se donner la peine de prêcher aux gamins qui fréquentent leur mosquée le respect des lieux de culte des autres religions. Vandalisme et profanations se multiplient dans les églises de France. « Neuf lieux de culte ont été visés ces derniers jours, écrit Le Figaro du 12 février. La conférence épiscopale reste discrète pour éviter la surenchère. » Et voilà la lâcheté ! Tout comme les directeurs d’établissements scolaires, les évêques ne veulent pas faire de vagues. Qui a bien pu commettre ces déprédations ? Aucune idée ? Peut-être les touristes chinois, ou les bouffeurs de curé du quartier ? On sait très bien qui caillassait les églises jusqu’à l’an dernier. Ce sont sans doute les mêmes qui dessinent des croix avec des hosties et de la merde. Laissons tomber le dialogue interreligieux, la meilleure façon pour l’Église de défendre la paix entre les religions, c’est de soutenir pleinement la laïcité à la française. L’Histoire a de ces retournements…

Vaticancan II

Pas de bilan non plus pour le Concile Vatican II. Depuis plus de soixante ans, l’Église vide les églises avec une belle énergie. À Noël, la messe de minuit, trop belle, trop attendrissante, trop sentimentale, a été remplacée par une veillée style MJC du quartier. La messe de Pâques, avec cette histoire suspecte de jeune homme ressuscité qui dit aux femmes cette phrase abracadabrante : « Pourquoi cherchez-vous parmi les morts Celui qui est vivant ? », a été

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Mars 2019 - Causeur #66

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite