Un spectre hante la France: l’indigénisme. Dans leur essai Français malgré eux, Anne-Sophie Nogaret et Sami Biasoni déconstruisent brillamment le courant « décolonial » qui contamine aujourd’hui élites et banlieues. Et aggrave la décomposition nationale.


« Je voulais surtout réfléchir à ce que ça implique de centrer le regard phénoménologique sur les situations d’oppression et de domination. Non pas donc dans un but théorétique désintéressé, comme aurait dit Husserl, mais avec vraiment une motivation critique d’ordre politique, comme c’est le cas dans les approches phénoménologues du genre et de la race. »

Ce volapük est l’œuvre de la philosophe Marion Bernard [1]. De telles excentricités, l’ouvrage d’Anne-Sophie Nogaret et Sami Biasoni en regorge. Sous le titre Français malgré eux. Racialistes, décolonialistes, indigénistes : ceux qui veulent déconstruire la France (L’Artilleur), les deux plumes de Causeur signent un précis de décomposition française.

Attaquer l’indigénisme de front

Dans sa préface, Pascal Bruckner résume d’un trait la thèse centrale de l’indigénisme, à savoir que « les probl

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Février 2020 - Causeur #76

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite