Home Société L’équipe de France, championne du conformisme


L’équipe de France, championne du conformisme

Les Bleus n'ont pas le sens du ridicule!

L’équipe de France, championne du conformisme
Antoine Griezmann et Corentin Tolisso posent un genou à terre en soutien au mouvement antiraciste avant le match amical contre le pays de Galles, 2 juin 2021, Nice © FRANCK FIFE / AFP

Les Bleus sont connus pour défendre les idéologies et les nobles causes en vogue. Il était prévu qu’ils posent un genou en terre avant le lancement du match France-Allemagne pour soutenir Black Lives Matter. L’analyse de Philippe Bilger.


Qu’on m’entende bien: je vais regarder avec passion le match Allemagne-France et j’espère que les Bleus l’emporteront. Mais est-il nécessaire qu’ils se couvrent de ridicule juste avant le coup d’envoi en mettant un genou à terre pour montrer leur détestation du racisme et soutenir le mouvement “Black Lives Matter” ? Le pire est qu’ils vont renouveler ce geste à chaque début de match. C’est leur capitaine, le remarquable et en général lucide Hugo Lloris, qui nous l’a annoncé. À vrai dire, je ne nourrissais pas trop d’illusions à cause de certaines prémices ponctuelles, de tel ou tel choix validé par la LFP (ligue de football professionnel) qui a une incoercible propension à l’erreur sur beaucoup de plans, récemment avec sa complaisance financière à l’égard d’Amazon et cette étrange sélection au détriment de Canal Plus.

À lire aussi: Footballeurs de tous les pays, prosternez-vous !

Les joueurs Kylian Mbappé et Antoine Griezmann qui ont sans s’informer, contre la police, soutenu la cause de Michel Zecler et qui n’ont jamais révisé leur position malgré des précisions qui auraient dû les conduire à le faire. Le premier, à l’évidence, mène des combats qu’il veut humanistes mais qui sont clairement unilatéraux. Youssoupha, personnalité plus que contestable pourtant distinguée pour composer un hymne au demeurant médiocre. Péripétie tellement pitoyable que personne n’a voulu en assumer la responsabilité. Malgré ces signes précurseurs je n’étais pas sûr du pire. Les joueurs avaient le droit d’être citoyens en dehors du match ou après mais ils se sont abandonnés à une démagogie constituant leur humanisme, à cause du lieu et du moment, comme un humanisme “de bazar”. On pourrait tellement objecter à cette posture qui trouve le moyen de discréditer une belle cause dans son principe que je ne sais par où commencer.

A lire aussi: IFOP : 58% des Français saluent le retour de Karim Benzema en équipe de France

Tout est cul par-dessus tête

Pourquoi seulement “Black Lives Matter” ? Les vies blanches n’ont aucune importance ? Cette discrimination n’est-elle pas un racisme à rebours ? Pourquoi cette mobilisation pour George Floyd qui a été victime d’un étouffement criminel dont son auteur sera lourdement condamné ? Parce qu’il est noir et qu’il a été victime d’un meurtre… Mais par honnêteté, les médias n’auraient-ils pas pu éviter d’en faire une sorte de saint avant, comme si l’atrocité d’après devait tout purifier ? Si les footballeurs sont prêts à affronter, à chaque match, l’incongruité plus grotesque qu’émouvante de ce genou à terre, qu’ils n’hésitent pas à me consulter comme beaucoup de ceux qui me suivent. S’ils tiennent à tout prix à apparaître pour des sportifs citoyens même quand la séquence est inappropriée, nous pourrions mettre à leur disposition, au nom de l’universel et d’une impartialité irréprochable, une multitude d’objectifs, de soutiens et de luttes.

À lire aussi: Madame Bachelot, vous m’avez cruellement déçu

Par exemple, un jour, ils pourraient s’agenouiller pour les policiers massacrés, pour Samuel Paty égorgé, en s’engageant pour Mila et la liberté d’expression, pour condamner l’islamisme meurtrier, pour tant de victimes de toutes couleurs, au nom d’une conception d’équité et de vérité. S’ils étaient animés, ainsi que ceux qui les inspirent, par une authentique morale et non pas une éthique fluctuant selon le goût du jour, ils n’auraient que l’embarras du choix. Mais, si j’ai le droit de rêver, je ne suis pas obtus au point d’imaginer que ce miracle se produira. Cette équipe de France pousse au paroxysme le vice fondamental de notre société dont la dénonciation mériterait de longs développements. Plus personne ne reste à sa place et n’exerce sa fonction, seulement sa fonction, mais le mieux possible. On n’a plus qu’une envie : bouleverser la nature, la culture, la normalité légitimée par le bon sens et les siècles.

À lire aussi: Football: l’idéologie diversitaire à l’offensive en Équipe de France

Le monde à l’envers

Le président ne préside pas seulement mais se fait prendre en photo quand on ne le gifle pas, les ministres sont aussi candidats aux régionales, pour être garde des Sceaux il faut avoir détesté la magistrature, les coupables sont compris mais les victimes laissées pour compte, l’Histoire est un réquisitoire contre la France, le peuple a évidemment tort puisqu’il est populiste, les oppositions se désarment, les journalistes n’informent plus mais dénoncent, ne questionnent pas ou alors par réponses interposées, les experts n’en sont plus, chacun se présente tel l’expert de soi-même, la vie n’est plus un bonheur mais le prétexte à coaching, les professeurs n’enseignent plus mais assurent la discipline tant bien que mal ou parlent de laïcité, toucher est forcément agresser, imaginer est raconter sa vie ou parler de ses géniteurs, la dérision se pousse du col et se prend pour de l’intelligence, les humoristes ne font plus rire mais assènent des leçons, les acteurs signent des pétitions, les intellectuels ont oublié de penser pour nous abreuver du contraire : leurs certitudes et préjugés, la liberté d’expression doit être décente et convenue pour être acceptée, la judiciarisation plus que la liberté de l’esprit, certains magistrats font de la politique, policiers et gendarmes qui doivent nous protéger sont à protéger, des citoyens, plutôt que de voter, défilent, protestent et préfèrent la violence à la tranquillité démocratique, la haine, parce que le langage est devenu trop pauvre, a pris la place du débat, la pathologie et l’hystérie la place de la contradiction, tout est cul par-dessus tête.

Alors, pourquoi pas un genou à terre avant France-Allemagne ? On n’est plus à une absurdité près.

NB: Il y a des miracles.

Le 15 au soir, les Bleus ne se sont pas agenouillés.

Le pire n’est pas toujours sûr. Leur capitaine a expliqué qu’à la suite d’une décision collective, ils s’étaient abstenus, leur motivation essentielle étant que faute d’être adoptée par toutes les équipes dans ce championnat d’Europe, leur démarche n’aurait pas eu grand sens. On sait en effet que certaines l’ont refusée. J’aurais préféré une explication plus positive consistant par exemple à avoir recouvré le sens du ridicule.

Mais il ne faut pas trop en demander •


Vous venez de lire un article en accès libre.
Causeur ne vit que par ses lecteurs, c’est la seule garantie de son indépendance.
Pour nous soutenir, achetez Causeur en kiosque ou abonnez-vous !
Previous article Justice partout, police nulle part
Next article Stéphane Ravier: « À Marseille, il faut aussi craindre l’islamo-droitisme! »
Magistrat honoraire, président de l'Institut de la parole, chroniqueur à CNews et à Sud Radio.

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération