Ensauvagement. La délinquance en milieu scolaire progresse. La cabale numérique contre Samuel Paty a rappelé que nos enseignants sont confrontés à des difficultés très dures. Si elle représenterait un changement de paradigme énorme pour notre société, l’installation de caméras de surveillance dans les classes (par exemple dans les établissements des “territoires perdus”) est une solution pratique qu’on aurait tort d’écarter immédiatement.


L’indiscipline dans les classes de certains collèges et lycées est un fléau. Elle détruit le moral des profs comme les chances des élèves studieux. Elle sert de marchepied aux revendications communautaristes, comme à la glorification des petits caïds. Elle est le terreau fertile où s’épanouissent, dans un sentiment permanent d’impunité, les vocations des petits comme des grands voyous. Cet abandon, ce renoncement de l’Éducation Nationale à se faire respecter, c’est en cela que des quartiers entiers sont “défavorisés”.

Les enfants doivent pouvoir y étudier en toute sérénité comme tous les autres petits Français qui sont (encore) protégés de ce fléau.

A lire aussi: Dissolution du collectif « Cheikh Yassine », il n’y a pas de hasard

Il y aurait un moyen simple, techniquement facile, et peu onéreux, pour progresser dans la résolution de ce grave problème. Un moyen qui serait protecteur pour les enseignants comme pour les élèves. Un outil indiscutable et à valeur probante qui permettrait de détecter immédiatement les comportements inacceptables, tout en exonérant les enseignants d’avoir à « rapporter » des faits à leur hiérarchie, ce qui n’est parfois pas sans danger. Un moyen qui couperait court à l’interventionnisme des parents. Mais un moyen qui ferait hurler dans les chaumières bien-pensantes de la gauche, comme dans les chapelles de nombreux syndicats d’enseignants

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Lire la suite