Hier à Davos, à 14h15, le président des États-Unis d’Amérique, Donald Trump, a, dans un silence attentif, prononcé un bref discours qui fera date. Si l’on excepte une allusion au gouvernement palestinien il a surtout parlé de l’économie mondiale : « Nous travaillons à réformer les systèmes internationaux du commerce. Oui au libre-échange mais il doit être équitable, et les États-Unis ne seront plus aveugles, que ce soit pour les droits d’auteurs et la propriété intellectuelle ». Il défend, à leur demande, les industries américaines plagiées en Asie. « Les États-Unis sont prêts à négocier des accords bilatéraux avec n’importe quel pays. »

Sans le dire expressément, il signe la fin du multilatéralisme absolu. Il a d’ailleurs commencé en actes, en déchirant le traité transpacifique, en renégociant l’Alena, et taxant les panneaux solaires et les lave-linge importés d’Asie.

A lire aussi: Trump va-t-il détruire la mondialisation ?

Donald Trump a ensuite abordé les questions de la sécurité mondiale et des flux migratoires. Il affirme sa résolution à combattre le djihadisme : « partout où il se trouve…; nous nous engageons à ce que l’Afghanistan ne redevienne plus jamais un refuge pour les terroristes. Nous ferons tout ce qui doit être fait pour défendre nos citoyens et nos frontières. » Ce qui l’amène à rappeler d’une part que « nous ne pouvons pas avoir la prospérité sans la sécurité » et que les Etats-Unis « attendent de [leurs] alliés qu’ils prennent leur part dans les dépenses militaires »; et d’autre part que : « l’immigration, à l’avenir, sera choisie et reposera sur le mérite et non plus sur le regroupement familial ».

Et, assez finement, d’insister sur la formation : « Si nous oublions les gens, alors le monde sera fracturé ». Sous-entendu : améliorez la formation et il y aura moins de migrants.

Habilement il avait au préalable enterré la brouille entre les Etats-Unis et la Suisse sur le secret bancaire et les fraudeurs fiscaux. Il a en effet souligné que, grâce à sa politique fiscale, le Dow Jones a connu une grande progression et qu’ il avait ainsi enrichi les Suisses !

Quand Donald Trump tend l’index, le commentateur superficiel regarde le tweet ; l’analyste réfléchi voit sa cible désignée : le multilatéralisme global dont la désagrégation  vient  de commencer.

Lire la suite