« Dans la vraie France, la norme musulmane a pris ses quartiers. » Nul ne pourra accuser Claude Askolovitch de déni de réalité. Parti à la rencontre de la France des steaks frites halal, le journaliste itinérant décrit un pays réel où le voile prospère, où les boucheries musulmanes et les lieux de prière se multiplient. Ses conversations avec des dizaines de Français musulmans engagés − rappeurs, militants politiques, patrons de PME ou universitaires − lui ont inspiré un pamphlet contre l’« islamophobie » des élites. Asko dépeint ainsi une France certes islamisée, mais pas dénaturée (!) dont notre vieille République, « rétive à la différence et aux transgressions », brimerait les élans créateurs.

À en croire ce libéral de gauche, les musulmans d’aujourd’hui subiraient en effet le contrecoup de l’émancipation des juifs au début du XIXe siècle. Un épisode historique érigé en mythe par les zélotes de l’assimilation, qui somment les musulmans de le rejouer. Il est vrai que sa critique d’un mythe républicain devenu inopérant dans cette nouvelle France fait souvent mouche. Mais les conclusions qu’il tire de ce qu’il voit sont pour le moins critiquables. Et parfois proprement hallucinantes.

Claude Askolovitch, Nos mal-aimés. Ces musulmans dont la France ne veut pas, Grasset, 2013.

Alain Finkielkraut, L’Identité malheureuse, Stock, 2013.

*Photo : FAYOLLE PASCAL/SIPA. 00657021_00000.

Lire la suite