Sur Youtube, le vidéaste Diego Morissou met au jour, sans s’en rendre compte, la bêtise ordinaire de la jeunesse ordinaire. L’une de ses dernières réalisations filme des jeunes répondant à la question: « Avec quelle nationalité tu ne sortirais jamais? »


« Salut, je suis en direct de Châtelet. Je vais te poser une question : avec quelle nationalité tu ne sortirais jamais ? », dit sans plus de cérémonie Diego Morissou en entame d’un de ses « reportages » YouTube qui cumulent des millions de vues. Très instructives, ces vidéos d’entretiens sauvages dans la rue donnent à voir une partie de la France telle qu’elle est en elle-même : abêtie.

Les Français, « ils aiment pas les épices, ils mangent juste de la viande avec des patates »

Qu’y voit-on ? De jeunes hommes et de jeunes femmes profondément ignares, remplis de préjugés, persuadés d’être spirituels, vulgaires et manquant cruellement de savoir-être comme de savoir-vivre.

S’y dévoile sans fard les particularités communautaires et le racisme décomplexé de la jeunesse du monde post-racial, le tout arrosé de quelques pincées de mysticisme superstitieux. On y apprend notamment, dans la vidéo consacrée aux hommes maghrébins – qui ne semblent pas jouir d’une très belle cote auprès de certaines demoiselles, principalement leurs cousines du reste – que les Marocains seraient des « sorciers ». Les Tunisiens, quant à eux, seraient plutôt maniérés et vivraient à la française. Quant aux Algériens, nul besoin de vous faire un dessin, vous l’aurez compris, les femmes les trouveraient un peu trop « agressifs » et « nerveux », mais apprécieraient leur féroce patriotisme. Moi aussi. Un peu moins les soirs de matchs de football.

Une autre vidéo très intéressante est celle consacrée au « pays le plus raciste du monde ». Les passants sont invités à donner leur avis : « Wesh c’est qui les plus gros racistes trop méchants du monde entier ? »

Pour les jeunes filles d’origine européenne interrogées, le doute est permis : la France ou les Etats-Unis ? Ah la France, quel sale pays de sales racistes qui prennent leurs bains dans des bidets une fois par mois ! Même leur cuisine est raciste à ces sales racistes de sales Français. « Ils aiment pas les épices, ils mangent juste de la viande avec des patates », entend-on. Et c’est en toute innocence que les lièvres à la royale, les soufflés, les mille-feuilles et les pâtés en croûte sont relégués au rang d’immondices, quand dans le même temps des beignets de poulets frits accompagnés d’une sauce au piment sont élevés au rang des chefs d’œuvre de l’art gastronomique. Ou gastrique, c’est selon.

Consommé de consommateurs

Une partie de la jeunesse vivant en France est littéralement décérébrée. Ces « écoliers de la vulgarité pédagogique », pour reprendre les mots de Louis Pauwels, ont été bien plus qu’ahuris par les « saturnales de Touche pas à mon pote », et ne sont plus même « la lie avec laquelle le socialisme fait son vinaigre », car ils ne sont plus grand chose d’autre que des consommateurs. Et des consommateurs exigeants pour ce qui a trait aux relations amoureuses. Enfin, d’amour il n’en est jamais véritablement question. Ici, on « sort », mais pas avec n’importe qui. Avec un idiot ou une idiote à son image, pour qui comptera plus un tatouage ou une épilation du maillot que des qualités plus essentielles (aux yeux des êtres humains sensés du moins). Des consommateurs aussi pudibonds qu’exhibitionnistes. Bref, nous régressons collectivement. Adieu au langage.

Lire la suite