Home Édition Abonné Pologne: l’écologie sauce charbon


Pologne: l’écologie sauce charbon

La Pologne n'est pas près de renoncer à son énergie fossile

Pologne: l’écologie sauce charbon
Une usine de lignite à Belchatow en Pologne, novembre 2018. SIPA. AP22276102_000006

La Pologne a beau recevoir des sommets internationaux pour sauver la planète, elle n’est pas près de renoncer à ses réserves de charbon. 


À Katowice, ville réputée pour son ciel noir, la Pologne a accueilli la 24e Conférence des Nations unies sur le climat (COP 24) en décembre dernier. Dans la lignée des accords de Paris sur la COP 21, 200 États ont abouti à un compromis contre le réchauffement climatique.

“Si nous disposons de réserves de charbon pour deux cents ans, pourquoi nous priver ?”

Obtenu dans l’un des pays les plus pollués d’Europe, ce modeste consensus est loin de bouleverser la politique énergétique de la Pologne qui fait la part belle aux intérêts comptables et à la géopolitique. Un parti pris que résume ainsi le président Andrzej Duda : « Si nous disposons de réserves de charbon pour deux cents ans, pourquoi nous priver de la source de notre indépendance énergétique ? » Partant, le charbon alimente 77 % des centrales électriques locales. Grâce à cette ressource bon marché, l’ex-démocratie populaire s’émancipe – un peu – du gaz russe, mais déplore chaque année près de 50 000 décès prématurés directement liés à la pollution de l’air.

A lire aussi: Leur “écologie” est une escroquerie, vite du diesel et des clopes!

L’hécatombe a assez duré : d’ici 2030, Varsovie s’est engagée à abandonner le tout-charbon au profit d’un mix énergétique combinant énergies renouvelables et exploitation du gaz de schiste. Pas facile dans un pays dont le gouvernement reste très proche des syndicats de mineurs et accro à l’énergie pas chère.

Un drapeau européen incendié

Si la transition écologique s’annonce compliquée, le mouvement social français a fait naître quelques vocations à Katowice. Le 11 décembre, en pleine COP 24, des militants nationalistes ont manifesté revêtus de gilets jaunes devant le Parlement de Silésie afin de défendre l’exploitation du charbon. Quelques jeunes radicaux ont poussé l’esprit de révolte jusqu’à incendier un drapeau européen, tout en enjoignant leurs concitoyens à « lancer des pavés au gouvernement ». Houille !

Janvier 2019 - Causeur #64

Article extrait du Magazine Causeur


Previous article “Avec quelle nationalité tu ne sortirais jamais?”: l’idiocratie sur YouTube
Next article Supercoupe d’Italie en Arabie saoudite: nos amies les femmes seules ne sont pas acceptées

RÉAGISSEZ À CET ARTICLE

Le système de commentaires sur Causeur.fr évolue : nous vous invitons à créer ci-dessous un nouveau compte Disqus si vous n'en avez pas encore.
Une tenue correcte est exigée. Soyez courtois et évitez le hors sujet.
Notre charte de modération