Peu après la Mairie de Londres, les autorités d’Amsterdam ont décidé de bannir du vocable officiel les mots « Monsieur » et « Madame » et d’adopter l’écriture « inclusive » chère à l’idéologie queer.


C’est par un sobre « Hello everybody ! » que les speakers du métro londonien ouvrent désormais leurs annonces. Exit le traditionnel « Ladies and Gentlemen » – jugé trop peu inclusif, voire carrément discriminatoire par les défenseurs de la veuve queer et de l’orphelin intersexué –, on lui préférera à l’avenir une formulation neutre et désincarnée.

« Chers concitoyens, chers habitants, chères personnes présentes »

Dans l’indifférence presque générale (résignée ?), la Mairie d’Amsterdam a, quant à elle, publié cet été un guide linguistique à destination de ses fonctionnaires, destiné à leur communiquer un corpus de bonnes pratiques langagières, afin de garantir une « inclusivité administrative » aux Amstellodamoises, aux Amstellodamois et surtout à ceux qui ne se reconnaissent dans aucune de ses appellations. Victime expiatoire désignée, le « madame, monsieur » se verra ainsi remplacé par un « chers concitoyens, chers habitants, chères personnes présentes » ; les actes d’état civil et autres documents d’identité verront pour leur part la mention « à la naissance » apposée auprès du sexe inscrit.

A lire aussi: Orthographe: l’idéologie du genre contre la langue française

C’est là – à n’en point douter – une nouvelle victoire des partisans de la théorie du genre pour lesquels l’identité sexuelle n’existe pas : elle ne serait autre qu’un construit social que tout individu doit pouvoir aisément modifier (transsexualité), mixer (intersexualité) voire rejeter (asexualité). Nier ce droit serait un acte d

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Septembre 2017 - #49

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite