Ex-chroniqueurs de France Inter, l’humoriste Walter et l’écrivain Frédéric Beigbeder dénoncent l’uniformisation du rire. Pouvoir des comiques, causes de l’autocensure, ressorts de l’humour: les deux compères n’éludent aucune question. Peut-on rire après Charline? Débat.


Causeur. Vivons-nous sous la dictature du rire qu’Alain Finkielkraut dénonce depuis longtemps ? Les humoristes ont-ils déshonoré l’humour ?

Frédéric Beigbeder. C’est compliqué de généraliser. « Humoriste » est un terme très vague qui recouvre une foule de genres. Il y a des tas d’humoristes que j’adore, burlesques comme Jonathan Lambert, cyniques comme Gaspard Proust ou sémantiques comme Stéphane de Groodt. Mon roman parle de mon expérience à France Inter, où j’ai observé l’uniformisation de l’humour avec des blagues allant toujours dans le même sens. Quand les humoristes se mettent au service d’une cause, ils cessent de faire de l’humour.

La patronne de France Inter a parfaitement conscience de l’uniformité idéologique de sa station, ce parti pris l’embarrasse, mais elle ne sait pas comment le changer

Walter. J’ai moi aussi connu à France Inter cette espèce d’exercice obligé qui veut que les comiques maison mettent en boîte Christine Boutin, Éric Zemmour, ou autres têtes de Turc habituelles. Mais dans l’immense majorité des cas, ils n’ont pas la culture de leurs prétentions. Du coup, cela donne souvent l’impression d’un sermon dominical prévisible. Peut-être qu’en l’occurrence, les curés sont d’ailleurs les lointains bâtards du Desproges du « Tribunal des flagrants délires ». Sauf que lui possédait une culture, un humanisme et une autodérision qui rendaient l’exercice brillant.

Ce panurgisme n’est-il pas inhérent à la professionnalisation de l’humour ?

Walter. Je ne crois pas. D’ailleurs, contrairement à Frédéric Beigbeder, je ne dénonce pas l’existence d’une école de l’humour au Québec. Il peut être intéressant d’analyser les figures de style et la rhétorique propres au métier. Le problème n’est pas la professionnalisation, mais le mélange des genres qui crée un jeu truqué entre politiques et humoristes. Je me suis maintes fois retrouvé en face d’hommes politiques qui ne pouvaient pas se défendre, car soit ils répondaient et passaient pour des pisse-froid, soit ils acquiesçaient et nous donnaient raison. Pile, je gagne, face tu perds ! D’autant que mes confrères ne s’incluent que rarement dans les travers qu’ils brocardent. Pourtant, l’autodérision est la base de l’humour.

Ceci dit, il est possible de faire un pas de côté. Face à Dominique Baudis, j’avais écrit une chronique sur la calomnie et la censure. J’avais ironisé sur le fait qu’il était passé de l’Institut du monde arabe au CSA, ce qui lui donnait de solides références en matière de censure.

Frédéric Beigbeder. L’humour vient d’un accident, il réagit à un événement extérieur et inattendu, surprenant, bizarre ou original, qui provoque l’envie de faire une vanne. Bien sûr, cet accident doit ensuite être travaillé, mais le résultat doit créer la surprise. Beaucoup d’humoristes de France Inter ont du talent, mais ils sont trop prévisibles sur le fond. Que devient le « rire de résistance » cher à Jean-Michel Ribes quand les résistants sont au pouvoir ? Ils vont résister à quoi ? Seront-ils capables de résister à eux-mêmes ?

Walter. Tout de même, sans se prendre pour un éditorialiste, l’humoriste peut aussi avoir un avis. Quand j’ai parlé de l’affaire Matzneff sur Sud Radio, c’était pour me moquer des gens qui avaient changé d’opinion avec le vent et pour suivre le vent. C’est un point de vue très politique. (Qui a suffi pour me faire traiter de pédophile sur les réseaux sociaux [rires].)

Frédéric Beigbeder. Un livre peut faire changer d’avis. Il est parfois courageux de changer d’avis. En tout cas, même sur France Inter, il y a des comiques qui ne font pas de politique, comme Chris Esquerre qui m’a brillamment remplacé. Daniel Morin, Tanguy Pastureau ne font pas de politique.

Vous l’expliquerez à Charlotte d’Ornellas, traitée de pétainiste par Daniel Morin… Frédéric Beigbeder, n’avez-vous pas découvert que l’humour « francintérien » était toxique parce que vous avez échoué dans l’exercice ?

Frédéric Beigbeder. Oui, mon roman est l’ouvrage d’un humoriste raté et aigri ! Je tente souvent des expériences professionnelles hasardeuses. Je ne connaissais pas la cadence stakhanoviste des humoristes avant de travailler sur France Inter. Comme c’est mal payé, j’ai accepté pour de mauvaises raisons : la vanité et la gloire ! J’étais le seul à ne pas avoir de spectacle à vendre, donc j’y allais uniquement pour souffrir. Une fois sur dix, ma pastille marchait, on me complimentait et j’étais très heureux. Mais le reste du temps, c’était complètement bancal. Je n’y suis resté que parce qu’il y avait un livre à écrire sur la-radio-la-plus-écoutée de France. Cela ne devrait étonner personne : depuis 99 francs, j’écris toujours sur mes expériences professionnelles. C’est pourquoi je m’étonne de la manière dont mon livre est reçu à France Inter. Il y a un ordre de la direction de ne pas en parler. C’est un peu soviétique. Tous ces libres penseurs qui se disent rebelles et obéissent docilement à leur patronne. Eux qui se moquent des autres à longueur de journée devraient accepter une fois dans leur vie qu’on les égratigne un peu. Et être capable d’en discuter calmement.

Walter. Pour défendre un peu les humoristes de France Inter, il est vraiment compliqué d’être productif tous les jours. Cela a tendance à éliminer les surprises et à favoriser l’emploi de formules et de têtes de Turc estampillées comme telles.

Ce roman aurait pu s’appeler « De la guerre civile en France Inter ». Frédéric Beigbeder considère en effet qu’un conflit larvé oppose les auditeurs de France Inter aux autres Français. Walter, vous qui officiez aujourd’hui sur Sud Radio, une station très « gilets jaunes-friendly », partagez-vous ce jugement ?

Walter. Pas vraiment. En réalité, les révolutionnaires-humoristes ont un tabou : se moquer ouvertement du peuple (ou du « dominé » selon la novlangue sociologique), voire même dire que celui-ci n’a pas toujours raison. Or, le peuple n’a pas toujours raison. Pendant la crise des gilets jaunes, les comiques de France Inter étaient paumés : d’un côté, ils n’étaient pas d’accord sur beaucoup de choses avec les manifestants, mais de l’autre, ils n’osaient pas en dire du mal.

À lire aussi: France Inter: faux rebelles, vrai censeurs

Frédéric Beigbeder. Les gilets jaunes avaient compris que les journalistes sont une élite bobo déconnectée du réel. Mais Walter a raison, lors des premiers actes, les humoristes étaient mal à l’aise. Leur réflexe c’est que, dès qu’il y a une insurrection, le révolutionnairement correct doit être pour. Mais ils voyaient bien qu’il y avait à la fois des gens d’extrême droite et d’extrême gauche en gilet fluo. Et ces voitures qui brûlaient à quelques centaines de mètres de la Maison de la radio… ils avaient peur pour leurs grosses motos.

Vous rigolez ?! Les comiques officiels passent leur temps à se moquer du populo, par exemple quand il défile contre la PMA, proteste contre l’immigration de masse ou vote Le Pen.

Walter. Certes, mais si la Manif pour tous rassemblait des cathos blancs et prétendument bourgeois (tir à pipes autorisé et encouragé), les gilets jaunes, c’est beaucoup de pauvres gens issus de la classe moyenne inférieure et prolétarisée. Se moquer d’eux crée beaucoup plus de dissonance cognitive chez l’artiste socialement conscientisé.

Frédéric Beigbeder. Moi-même, je ne savais pas trop comment en parler. Ce qui m’a amusé, c’est de confronter mon héros Octave, noctambule mondain errant bourré sur les Champs-Élysées, entre des limousines et le Fouquet’s en feu, à la souffrance de gens qui ont simplement faim.

Mais à ce stade du débat, je tiens à préciser que Walter et moi étant des sociaux-démocrates, à tendance progressiste, nous refusons d’être embarqués dans vos combats fascistes.

L’humour est peut-être passé à droite aujourd’hui

Walter. Social-démocrate à tendance progressiste. Merci Frédéric. Ça fait longtemps qu’on ne m’avait pas parlé comme ça.

Excellente transition ! Cela nous rappelle un texte de Jean Baudrillard, De la conjuration des imbéciles, où il expliquait que tout le marrant, le pétillant, l’inattendu de la vie est passé à droite. Et tout le conformisme, le peine-à-jouir, à gauche. Malgré tout, peut-il y avoir un humour qui fasse rire tout le monde ?

Walter. Potentiellement. Mais effectivement, l’humour est peut-être passé à droite aujourd’hui. Non que les gens de droite soient plus marrants, mais ils sont culturellement minoritaires, ce qui les oblige à être tolérants. Inversement, la gauche a longtemps été minoritaire, comme sous Giscard, avant de devenir ultra dominante culturellement depuis les années Mitterrand. Et pourtant, elle se la joue comme si elle écrivait depuis une cave underground ! La gauche cumule donc les avantages de la domination et ceux de la rébellion. Donc, les gens de gauche peuvent tout se permettre.

Frédéric Beigbeder. C’est ce que je me suis dit en écoutant le billet de Charline Vanhoenacker ce matin sur l’incendie de la Rotonde, brasserie où Mac

Article réservé aux abonnés

60 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Février 2020 - Causeur #76

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite