Si vous avez échappé à la pub d’une chaîne d’établissements thermaux du sud de la France proclamant « Après le boom des naissances, le boom des renaissances ! », lancinante ringardise invitant les seniors à se livrer corps et âme à l’aquagym et au parcours santé, vous devez être trappiste ou naufragé sur une île aussi déserte que déconnectée du réseau. N’ayant, personnellement, pas demandé à naître, et étant suffisamment occupé à prouver à mes semblables, proches et lointains, que ma présence fortuite et provisoire dans le monde des vivants n’a pas été totalement inutile, cette injonction d’appuyer sur la touche « reset » de la vie m’est proprement intolérable ! J’appartiens, comme la plupart de mes camarades de génération rassemblés dans la catégorie des « baby-boomers » parvenus à l’âge adulte avant la fin des Trente Glorieuses (1945-1975), à cette mine d’or gris vers laquelle se ruent les marchands de voyages exotiques, les entre- preneurs culturels, les Frankenstein de la beauté inaltérable et du bien-être obligatoire. Ce sont eux qui s’ingénient à nous persuader, plans médias à l’appui, que nous n’en avons jamais fini avec le perfectionnement physique, culturel, et même spirituel, de nous-même. Notre argent les intéresse, et le meilleur moyen de se l’approprier, c’est de créer le manque qui transformera en cigales des gens plutôt enclins à se conduire comme des fourmis. La fameuse formule de Jacques Séguéla (« Celui qui n’a pas pu s’offrir une Rolex avant cinquante ans a raté sa vie ! ») s’impose aujourd’hui à ceux qui pensaient avoir gagné le droit de se contenter du plaisir d’être encore là, sans avoir à se soucier outre mesure de parader à la foire aux vanités sociales. « Si, à 80 ans, tu n’a pas fait, au choix, le Machu Picchu, une croisière en Amazonie, la thalasso à Quiberon, l’acquisition d’un camping-car pour passer l’hiver à Agadir ou encore le triptyque des festivals d’art lyrique Bayreuth-Salzbourg-Vérone, c’est que tu as lamentablement raté ta vie de baby-boomer retraité ! »

*Photo: MEUNIER AURELIEN/SIPA. Soleil

Lire la suite