Dans la France périurbaine, nombre de ronds-points abritent des œuvres d’art contemporain d’un goût douteux. Souvent kitsch et prétentieux, ces giratoires font regretter la statuaire IIIe République qui embellissait la France.


Si un archéologue voulait, dans quelques siècles, aller à la découverte de l’art de notre temps, nul doute qu’il tomberait en premier lieu sur les ronds-points. En effet, sur les 60 000 ronds-points français, nombreux sont ceux à accueillir ce que l’on peine parfois à qualifier d’œuvre d’art.

Ils ont fleuri depuis une trentaine d’années, remplaçant les carrefours à la papa, générateurs de chocs meurtriers. Pour la plupart, on peut parler de « giratoires » en raison de la priorité (anglaise) aux véhicules se trouvant déjà dans l’anneau. Les ronds-points constituent désormais un motif récurrent des paysages périurbains, au même titre que les hypermarchés et les zones pavillonnaires. La crise des gilets jaunes a montré qu’ils peuvent aussi servir de places publiques à la France périphérique.

Au milieu et à la vue de tous s’ét

Article réservé aux abonnés

85 % de l’article reste à lire…

Pour poursuivre la lecture de cet article Abonnez-vous dès maintenant.

ABONNEMENT 100% NUMERIQUE
  • Tout Causeur.fr en illimité
  • Le magazine disponible la veille de la sortie kiosque
  • Tous les anciens numéros
3 €80par mois
Février 2020 - Causeur #76

Article extrait du Magazine Causeur

Lire la suite