Trump: gourou, sauveur ou grand méchant loup?


Aux États-Unis, le chômage baisse et les salaires augmentent! Peut-être que Trump y est pour quelque chose?

On a peine à croire que c’est le résultat de la politique d’un président si détesté (en France). Mais les statistiques sont têtues.

A lire aussi, Rod Dreher: Résister à la dictature rose

De Trump on sait tout.  Ou presque tout car il y a sans doute encore des vilenies à découvrir sur lui. Il est grossier: Emmanuel Macron en a fait les frais. Il ne sait pas ce qu’est la galanterie: Brigitte Macron a eu à en pâtir.

« Right or wrong, my country » a ses bons côtés

Il est d’une vulgarité sans nom avec les femmes. Son traitement des migrants est parfaitement odieux. Son rapport aux musulmans est scandaleux. Et dans sa barque, le poids du racisme est accablant.

Voilà ce qu’on nous dit tous les jours. Et voilà aussi ce qu’on ne nous dit pas. Sous Trump, la croissance connaît une réussite insolente! Et la croissance a pour corollaire le plein emploi. Qui lui-même entraîne une hausse des salaires. Car les entreprises ayant du mal à embaucher sont contraintes de revoir à la hausse ce qu’elles accordent à leurs employés et à leurs ouvriers.

Et il fait comment le grand méchant Trump? Il mène une politique ultra-libérale dont il est convenu de dire qu’elle profite aux plus riches. Et puis on s’aperçoit qu’elle bénéficie aussi aux plus pauvres…

Ce diable d’homme (diable pour la presse française) ne perd jamais de vue la grandeur de son pays. « Right or wrong, my country ». Il mène une guerre commerciale et financière contre les Chinois. Et les Chinois, pas fous, acceptent un compromis. Il menace la France de sanctions si elle persiste à vouloir taxer les GAFA. Et la France, après quelques rodomontades de Bruno Le Maire, se couche.

Le climat, la planète? Trump s’en fout: seule lui importe la prospérité de l’industrie américaine qui pollue énormément et continuera à polluer. Décidément, cet individu n’est pas fréquentable. Il ne sait pas se tenir à table: on le soupçonne d’avoir des gestes déplacés à l’égard de la maîtresse de maison.

Avec lui c’est le Far West, violent et sans pitié. Il se trouve que le Président des États-Unis dégaine plus vite que les autres comme en témoignent les encoches sur la crosse de son colt. Les ouvriers américains trouvent ça plutôt bien. Pour eux c’est: « Right or wrong, my president ».

À lire aussi: La procédure de destitution de Donald Trump n’est pas légitime

Lire la suite